Si la lecture de l’Apocalypse est rapide, sa compréhension est hermétique. Cela est vrai autant sur un plan de la symbolique psychologique que sur celle spirituelle. La sémantique d’un symbole est plurielle. Cela voile le sens profond par la multitude des lectures superficielles qui en ont été faites. La sensibilité personnelle et la culture de la société influence la lecture du sens des symboles. On fait toujours une lecture symbolique selon des référentiels propre à l’auteur et aux codes définissant la société humaine l’entourant. Cela lui fait lire un symbole de telle ou telle manière. Nous aboutissons à des interprétations très diverses voire même contradictoires.

La facette première du symbole ne peut se révéler qu’en temps et lieu, et plus on se rapproche du point focal, plus la lecture symbolique se raffine et s’approche du sens premier.

Apocalypse 08:07 Le premier ange sonna de la trompette. Et il y eut de la grêle et du feu mêlés de sang, qui furent jetés sur la terre; et le tiers de la terre fut brûlé, et le tiers des arbres fut brûlé, et toute herbe verte fut brûlée.

Les quatre éléments fondamentaux – Air, Feu, Eau et Terre – sont la matrice pour l’imprégnation de Dieu dans la matière. De leur équilibre dépend l’alignement avec le plan divin des consciences présentes sur Terre. La vocation profonde de l’être humain est d’explorer la matière afin de permettre à Dieu de se découvrir au travers de nos explorations. La vocation spirituelle de toute incarnation est de revenir en Dieu malgré le voile de l’oubli.

La première trompette est l’embrasement de l’élément FEU en l’homme, déséquilibrant les quatre éléments.

Le FEU régit le mental et conduit à l’égo surdimensionné de l’homme. Les dérives et les excès de la société humaine découlent du déséquilibre initial des éléments en nous. Ce fut le point de bascule. L’embrasement intérieur du mental-égo s’exprime par tous les actes d’embrasements extérieurs, quelle qu’en soit la forme prise.

Apocalypse 08:08 Le second ange sonna de la trompette. Et quelque chose comme une grande montagne embrasée par le feu fut jetée dans la mer; et le tiers de la mer devint du sang.

Apocalypse 08:09 Et le tiers des créatures qui étaient dans la mer et qui avaient vie mourut, et le tiers des navires périt.

La deuxième trompette est la désacralisation de toute vie par le versement du sang.

Le sang est le véhicule de la vie ou la sève de la vie. Le sang est symbole de vie lorsque celui-ci circule dans une mécanique parfaite. Le sang est symbole de mort lorsqu’il est détourné de ses voies, les vaisseaux. En versant le sang, celui-ci se répand et coagule.

Le déséquilibre de l’élément FEU en l’homme l’a conduit à commettre des crimes contre lui-même et contre les autres règnes vivants. La vie n’est plus respectée. Le sacrilège est omniprésent. Il n’y a plus de divertissement télévisuel sans le versement du sang. Il n’y a plus d’alimentation sans le versement du sang. Il n’y a plus de développement de société sans le versement du sang.

De par son embrasement mental, l’homme s’est profondément avili, corrompant l’élément EAU en lui, siège des émotions et des formes pensées.

Et si la troisième trompette de l’Apocalypse avait sonné ?

Mes compagnons dragons, cristallins et angéliques s’expriment souvent d’une voix unique afin d’apporter un enseignement en chargeant vibratoirement les mots :

Mes compagnons : Nous aimerions t’entretenir de la suite des choses, cela fait plusieurs jours que nous t’appelons car les choses vont se mettre en place. Il serait plus juste d’énoncer que les choses vont commencer à se défaire.

Ce que vous appelez – effondrement – vient de faire tomber le premier domino par l’élection de Donald Trump. Elle a été prophétisée par le passé dans vos cavaliers de l’Apocalypse. Rappelle-toi de la troisième trompette, celle qui annonce la corruption des émotions et l’intoxication des esprits.

Apocalypse 08:10 Le troisième ange sonna de la trompette. Et il tomba du ciel une grande étoile ardente comme un flambeau; et elle tomba sur le tiers des fleuves et sur les sources des eaux.

Apocalypse 08:11 Le nom de cette étoile est Absinthe. Un tiers des eaux fut changé en absinthe, et beaucoup d’hommes moururent par les eaux, parce qu’elles étaient devenues amères.

L’amertume a gagné le flux vital des personnes et d’autres étoiles vont tomber du ciel pour contaminer les eaux de chaque nation, de chaque peuple. Ce ne sont pas les hommes ou femmes (étoiles) qui sont à décrier, c’est l’amertume qu’ils apporteront et se répandra dans les fleuves du corps humain. Celui-ci est entièrement conçu comme des fluides en circulation. Cela tu peux l’annoncer, tel est le rôle qui t’est dévolu.

Il n’y a pas à combattre ce qui est et ce qui arrive, cela n’engendrerait que du karma, action et réaction, mal et contre mal. Chacun est face à sa responsabilité de laisser ou non l’absinthe se répandre dans son corps et dans son esprit.

L’absinthe peut être nettoyée par ses vibrations intérieures, par l’amour que l’on se donne à soi.

Il n’est pas demandé de nettoyer les autres, cela entretien l’illusion de l’égo qui cherche à agir à l’extérieur de soi afin de ne pas se voir et accepter sa transmutation par la vibration du Cœur.

Message de Khubya, guide spirituel

Un guide spirituel se définit comme une conscience non incarnée dans le plan de vie terrestre. Il peut avoir connu l’incarnation mais généralement il est issu de sphères vibratoires plus élevées. Un plan de conscience plus élevé ou plus éthéré n’est pas forcément synonyme de bienveillance. Seule mon âme peut être source de discernement et autoriser une conscience de l’invisible à emprunter le canal vibratoire du cœur. Le message ne résonne donc pas dans la tête mais provient de ma petite voie intérieure, ce flux de communication dont mon âme est seule gardienne.

Parmi tous les êtres qui m’accompagnent, il en est un qui est d’une nature et d’une vibration très particulières…

Khubya : Bon, enfin un canal qui ouvre ses oreilles pour m’entendre. Je commençais à me sentir bien seul face à toutes ces portes fermées. Vous n’avez pas été très coopératifs récemment, trop occupé par des futilités du quotidien. Oui, je dis bien futilité auxquelles vous accordez trop d’importance. Passons à un enseignement… tant que la ligne est ouverte!!!

Les polluants sont de plus en plus présents dans votre environnement. Et je ne parle pas de votre environnement physique. Je parle de votre environnement émotionnel. Regardez le visage déconfit des personnes qui criaient au loup en prévision de l’élection de Donald Trump. Il est bien là où il devait être, là où ILS ont voulu qu’il soit, là où NOUS avons accepté qu’il soit. C’est un mal pour un bien. Il est un catalyseur de la révélation de la nature profonde des personnes. Ce qui était caché doit être mis en lumière. Les ressentiments ne pouvaient plus rester enfouis. Pour les transmuter, il faut d’abord les faire remonter à la surface. Donald Trump a cristallisé cette énergie autour de lui dans la fonction qu’il va être amené à occuper.

Il est un archétype de la vérité.

La vérité n’est pas toujours belle, ELLE EST. Vous pouvez lui affubler tous les sobriquets, elle est. Ne pas l’accepter, c’est ne pas voir la réalité en face. En avoir peur, c’est avoir peur de ce qui se terre en chacun de soi.

Encore une fois, un tel évènement doit être regardé avec l’œil ouvert sur l’autre et l’œil ouvert sur soi. Observer toutes les expressions créées chez l’autre. Découvrez cet autre tel qu’il est réellement, ses peurs primales, ses schémas de pensée, ses raisonnements limités, ses œillères sur la portée réelle de cet évènement.

Observer tout ce que cela fait surgir en vous, ce que vous ne soupçonniez pas. Regardez l’influence de l’autre sur vos schémas de pensée. Épousez-vous la vision de l’autre sur cet évènement ? Vous braquez-vous en contre-réaction ou en complaisance ?

Observez-vous et offrez-nous, à vos guides, à la Source tout ce que vous êtes. Je devrais dire ce que vous croyez être. Tout ce qui surgit est issu de la personnalité, la partie périphérique de votre être, vos attitudes et vos comportements conditionnés. La partie centrale de votre être, votre Cœur relié à votre âme, reste impassible et immuable. Elle reste le pilier central indestructible. Votre personnalité s’agite-t-elle en tout sens autour de ce pilier, ou avez-vous placer des ponts qui maintiennent la stabilité de votre être périphérique, en complète union avec votre Cœur central ?

Quelle sera la quatrième trompette de l’Apocalypse ?

Apocalypse 8:12 Le quatrième ange sonna de la trompette. Et un tiers du soleil fut frappé, un tiers de la lune, et un tiers des étoiles, afin que le tiers en fût obscurci. Un tiers de la journée n’a pas brillé, et la nuit de même.

Khubya : C’est l’obscurantisme. La véritable Lumière vous sera voilée lorsque tous les peuples recevront leurs étoiles d’absinthe dans leurs centres vitaux. Le véritable savoir sera occulté afin de vous maintenir dans la croyance. Les canaux de diffusion poursuivront leur œuvre de désinformation et alimenteront tous leurs fidèles lecteurs, auditeurs, téléspectateurs connectés à ce voile sombre. Le désespoir réel gagnera les cœurs.

Cette quatrième trompette, l’ouverture du quatrième sceau si vous préférez, révèlera une autre vérité. Vous n’êtes plus capable, depuis très longtemps, d’être votre propre source d’énergie. Vous vous alimentiez de l’énergie extérieure à vous, tirée de votre environnement, de vos fidèles compagnons animaliers, de votre entourage familial et social, de vos modèles publics… Vous aurez le choix de continuer à tirer d’eux, mais alors ce sera de désespoir que vous vous nourrirez.

Vous êtes face à une épreuve, celle de renoncer à la prédation énergétique sur autrui pour ne pas vous effondrer sur vous-même, sur votre propre noirceur alimentée par la noirceur des autres. Ou alors, vous changerez vos branchements et partirez vers votre centre de cristal, celui qui, par la porte du Cœur, vous ramène à votre âme. Ce trou de vers transperce le voile sombre . Votre Cœur est une porte dont l’embrasure est brillamment éclairée par la Lumière une et absolue de l’amour de Dieu. Personne d’autre que vous ne l’ouvrira cette porte.

L’Apocalypse, c’est cela. La révélation de vos choix profonds.

Vous êtes mis à l’épreuve comme jamais par Dieu. Vous et nous sommes tous ses enfants. Est-ce que nous le reconnaissons comme notre Père et nous retournons – de la bonne manière – dans ses bras ? Ou alors nous restons rebelles et nous nous éloignons encore plus de lui, dans l’illusion, la noirceur et le non amour ? Les pièges seront nombreux afin de vous tromper sur le chemin de Dieu.

Je n’ai pas le droit de vous en dire plus.

Message de Xaltar, esprit de cristal

Xaltar crâne de cristal en quartz fuméXaltar est un compagnon cristallin ancré dans un crâne de cristal en quartz fumé. Il me demande de publier sa photo ainsi que l’enseignement suivant :

Xaltar : Au nom de tous les miens, les esprits cristallins, nous aimerions ajouter ceci. Il n’y a pas que votre Cœur qui soit cette étincelle de Dieu sur Terre. Il y a le Cœur de toutes les consciences venues à la surface de votre monde en ces temps de révélation. Il n’y a pas de solitude sur le chemin mais un immense écho qui résonne en chacun de ses Cœurs.

Ne l’oubliez jamais quand les gens vous malmènent de part l’agitation de leur personnalité, cet être périphérique.

N’oubliez pas qu’un Cœur pur et intact y est enfoui à chaque fois. Pardonnez la surface et AIMEZ le Cœur. Tous ces Cœurs sont une armée immense de Dieu La Source. Ces Cœurs sont en chaque humain, en chaque conscience cristalline à votre service sur Terre, en chaque conscience de chaque règne. Ils ne sont séparés que par une apparente illusion, aussi épaisse qu’elle puisse sembler.

Nous, les esprits cristallins, ancrés ou non dans un crâne de cristal ou autre support, nous connectons inlassablement votre noyau vibrant avec la coquille externe de votre être. Nous vous aidons à être le changement en vous. Changez en vous et laissez tout le reste épouser ou rejeter le changement.

Servez Dieu La Source en servant l’enfant de Dieu que vous êtes en votre centre.

Samuel : Je remercie Khubya, Xaltar ainsi que tous les guides qui m’accompagnent vers une plus grande compréhension de ce que nous sommes.

 

Crédit illustration : Sandara

 

Print Friendly

24 Réponses

    • Samuel

      Les prémices de chacune d’entre elles se font assurément sentir. Elles se déploient pleinement une par une. Pour la quatrième trompette, nous entendons déjà les bruits de pas contre tout ce qui sera désigné comme de la « fausse information ». Facebook annonce vouloir s’attaquer à celle-ci sur son réseau. Il sera offert la possibilité à ses utilisateurs de les lui signaler… En cas de signalement, Facebook s’appuiera également sur « d’autres signaux », dont il ne précise pas la nature, pour soumettre, le cas échéant, l’article ou le message à des sites reconnus pour leur travail de vérification de l’information (source leblogalupus.com). L’obscurantisme commence là où la liberté d’expression régresse…

      Répondre
  1. Cécile

    Les synchronicités sont aussi fortes que des baffes, et je ne peux que les partager (sur ce thème). J’ai reçu dans ma boîte aux lettres cette semaine le dernier livre d’Anton Parks, « Le Chaos des Origines », (ce sont les textes mis de côté de la Genèse dans sa version officielle) avec en 4ème de couverture une citation qui émane comme une preuve de la participation de l’Unvisible – ici, par le biais des clins d’œil synchronistiques – à nos échanges humains, en l’occurrence, sur l’amertume (et la douceur).
    « Etre de l’En-bas, enfermés dans votre sommeil, réveillez-vous ! Parmi vous, certains ont converti l’Obscurité en Lumière et l’Amertume en Douceur avant de se retrouver ici ». Extrait du Zohar, 4a.
    N’est-ce pas magnifique d’avoir de tels échos au sein de nos préoccupations?

    Répondre
  2. Cécile

    Bonjour, juste encore un clin d’œil qui résonne sur ce thème de l’étoile d’absinthe, je ne le fais pas exprès, apparemment les plantes médicinales enseignent en ce moment. Toujours à la recherche d’absinthe, je vais au magasin bio du coin et (n’en trouve pas mais) tombe « par hasard sur l’huile essentielle d’estragon, sous son nom latin … Artemisia (encore !) dracunculus (qui signifie « petit dragon » d’après wikipedia), et a une foule de qualités fort appréciables dans nos temps d’empoisonnement actuels (anti cancer, anti allergique, apaisant nerveux, etc). La Vierge Artémis, dite la Grande Ourse, est donc aussi une Dragonne… c’est le Retour de la Dragonne !! hihihi
    Sachant que la famille des Artemisia (sous forme d’absinthe, d’armoise ou d’estragon) est celle des astéracées, aster = étoile…
    On en revient aux peuples des Etoiles.
    Voilà, je rends l’antenne. ☺️

    Répondre
  3. Christian

    Bonjour M.Samuel.

    Ne pouvant répondre aux commentaires ci-haut, je dois Alors passer par ici.

    Je doutais bien que tu venais du Québec Samuel, Mme Cécile l’a bien comprise aussi. Mais la distance n’est elle pas juste matériel ?
    France, Belgique, Canada, Afrique, Terre, si proche…
    N’est il pas juste de se révéler universellement ?
    Frères nous sommes.
    Frères nous avancerons.

    Merci à vous.

    Répondre
  4. Cécile

    Bonjour Samuel, oui, depuis une dizaine de jours, on m’avait fait savoir qu’un clin d’œil en relation avec l’Apocalypse proviendrait du Québec, et je ne savais pas sous quelle forme cela allait se matérialiser. Tu lui as donné forme ! Et je t’en remercie avec gratitude.
    D’autres résonances étonnantes se sont révélées à leur tour tout juste après : je suis allée à la pharmacie commander de l’absinthe, cela n’est plus possible (ils ne le font plus, tout simplement plus !!). Je me suis alors rappelée avoir un pot d’armoise dans mes plantes aromatiques, et j’ai fait ma petite recherche sur l’armoise. L’armoise, une sœur jumelle Artemisia, est aussi appelée la ceinture de Saint-Jean (le Saint-Jean de l’Apocalypse…) ou la couronne de Saint-Jean ou artémise (ce qui me fait penser que Saint-Jean est peut-être une incarnation masculine de l’esprit d’Artémis, d’un esprit féminin….).
    Et… Tchernobyl signifie « herbe noire » en ukrainien, qui désigne l’armoise en Ukraine. Alors là, mes poils se sont dressés sur mes bras, en contemplant la cohérence de l’Univers derrière cette apparence de chaos, cohérence qui se lit dans l’inversion en miroir.
    Si l’artémise est le nom de Tchernobyl alors que penser de l’emplacement d’une centrale nucléaire à cet endroit? C’est la preuve d’une perfusion directe de la puissance de guérison de l’artémise sous tous ses sens, Artémis dans son énergie de Vierge divine ou artémise puissante herbe médicinale (perfusion qui alimente directement la matrice artificielle). En dénaturant l’herbe sacrée en poison radioactif. C’est caractéristique de la spirale involutive.
    L’artémise est réduite alors à l’amertume.
    Mais l’amer fait partie des 5 goûts en diététique chinoise indispensables à l’alimentation qui guérit.
    L’amer, la mer, la mère. L’homophonie nous ramène au féminin. Les eaux amères de la mer de l’Apocalypse, les os de la mère, les eaux de l’âme air, les eaux de la mère, tout a du sens.
    Lorsqu’on a de trop grosses choses à digérer… on fait une indigestion, c’est l’indigestion des révélations ( = des apocalypses) qui nous guette tous. Et là l’amer permet alors de digérer, et est malgré son goût d’abord difficile, une douceur de guérison.
    C’est ainsi que que l’on passe de l’amertume involutive à l’amer évolutif. De l’océan d’amertume à l’amer, à la mer, à la mère? Retrouver son féminin intérieur guérit (apparemment si j’ai bien compris le message).

    Ton article prochain sur le foie m’intéresse d’avance ! 😊
    (je ne suis pas sûre que ce message aille au non endroit, sous la réponse de Samuel à mon premier commentaire)

    Répondre
  5. Christian

    Bonjour Samuel. Je devrais dire maintenant…,

    Bonjour à vous M.Samuel.

    L’apocalypse que Mme Cécile nous parle est aussi proche de la réalité.
    Mais quelle réalité ?

    Prenons par exemple satan et ses 200 acolytes qui sont venus sur terre il y a 6000 ans ou meme plus !
    Satan étant le chef de ces anges enseignants.
    Leur mission étant d’instruire l’humanité.
    L’ange déchu ?
    Retraduirions erronée et qui…..
    Pourtant, un ange céleste de grande envergure. Le grand patron accepta que son chef d’arme, vienne sur terre pour instruire l’humanité qui étaient déjà prisonnier dans son propre enfer sur terre.
    L’apocalypse selon Cécile parle d’enseignement. Voilà une belle perception et ressentiment de ce mot.
    Dans la lumiere, on s’aperçoit que le mal est dans la bete. Soit, nous.
    Nous somme la bete. Dans notre dualité. L’ange céleste est venu nous enseigner la route du cœur. D’ailleurs, leur enseignement a été profitable piut ces peuples d’antan.
    Mais ou s’est perdu cette enseignement si révélatrice ?
    L’homme !!!!! Celui qui ne voulait pas faire l’effort de se nettoyer.
    L’homme, qui au prise dans sa dualité à détruit les registres de cette enseignement.
    Lucifer comme il a été nommé s’est sacrifié pour nous venir en aide.
    Comme les Elohim, il a perdu sa mémoire au fil du temps. Il s’est perdu dans cet enfer qui est le notre.
    L’apocalypse est l’enseignement.
    L’apocalypse est la venu d’etres de lumières ou assisteront l’humanité mais hors corps car ils en connaissent le danger de s’y avanturer.
    Aux êtres de lumière qui s’éveillent, l’enseignement viendra en eux doucement. En travaillant sur soi et en s’inspirant de l’amour du pere.
    L’homme qui jadis connaissait l’existence d’un etre parmi eux, voulait faire de cet ange un ennemi du peuple car cet ange aiderait le peuple et non leurs dirigeants falsificateurs.
    Alors oui, ils ont entamé une campagne de peur pour assimiler l’humanité dans leur honteuse manipulation.
    La pomme. Le fruit défendu.
    Est-ce défendu de se connecter au pere ?
    De se connecter à son immense amour et sa grande sagesse ?
    Il en fera peur à ceux qui sont grave dans le temps de cet enfer.
    Jalousie, crainte de ne pas réussir.
    L’homme a-t-il changé depuis des milliers d’années ?
    La falsification est leur fait d’arme.
    Incluant la peur si ils n’adhèrent pas à leur croyances !!!!
    Croyance qui est pourtant l’opposé de la lumiere.
    Certains étaient de bonnes foi !
    Mais le message était erroné.
    Alors, quand l’on parle d’apocalypse, on parle de la destruction de la planète ou de l’enseignement qui nous est proposé ?

    Bien à vous…

    Christian.

    Répondre
  6. Cécile

    Merci Samuel pour cet éclairage intéressant de l’Apocalypse. J’ai une autre facette de ce texte à partager, celui du plancher des vaches et des vaches célestes :). Je pense que ce texte parle sur plusieurs fils du temps et donne donc des lectures différentes selon le fil.
    L’Apocalypse en grec signifie Révélation, et non pas catastrophe comme cela est sous-tendu dans l’inconscient collectif si souvent quand on prononce ce mot. Et cela révèle bien (c’est le cas de le dire ! 🙂 ) l’état d’esprit des textes officiellement accessibles, de la Bible ou autre texte religieux, qui sont tous falsifiés, non pas par mensonge rajouté mais par omission et/ou inversion.
    Donc ainsi, par exemple, le féminin a été supprimé purement et simplement de ces textes avant leur publication, ou s’il n’est pas supprimé, il est transformé en un contraire épouvantable (la grande prostituée par exemple pour une déesse mère).
    Ainsi l’absinthe, Artemisia absintium (voir wikipédia par exemple sur l’absinthe plante), si l’on s’en tient à la lecture selon la Terre, est une plante puissamment détoxifiante, utilisée depuis au moins l’Égypte ancienne de façon avérée comme plante médicinale, antipoison de la cigüe, désinfectant, insecticide, et pour tous problèmes de digestion (foie, intestins, estomac, etc), en tous cas un puissant détoxifiant du foie, et du sang.
    L’absinthe – artemisia de son nom latin- est la plante d’Artémise, la déesse sœur jumelle d’Apollon, appelée aussi l’Ourse, la Grande Ourse. (voir wikipédia par exemple sur Artémise) Et là on rejoint un message concernant les peuples des étoiles.
    Dans la veine de tes partages, j’ai été mise sur cette piste par mon propre foie en crise, à cause de la pollution de la métropole parisienne. L’air est pollué, l’eau est polluée, la terre est malade, les chemtrails en rajoutent en veux-tu en voilà, on est au fond d’une cuve à fioul, et j’ai eu des nausées insistantes et violentes à peu près au moment où tu publiais ton article, et plus de phyto ou d’homéo chez moi pour aider… je fouille dans mes placards et tombe sur… un vieux pot d’absinthe grande, dont je fais une infusion. Et là, ahhh, le foie se remet en place. Je lis alors ton article… et ne peux donc pas passer à côté de l’absinthe. 🙂
    L’absinthe, dans une version inversée de l’Apocalypse, serait la plante bienfaisante et guérissante qui aide à se détoxifier des poisons et polluants dans lesquels on baigne tous crus. L’étoile d’absinthe, c’est la Grande Ourse et/ ou ses peuples et/ou la part de notre ADN qui provient des ces peuples qui agit en ce moment pour nous aider à nous nettoyer.
    L’étoile en sumérien représente aussi la divinité. Artémise est une Vierge, c’est-à-dire une déesse mère, vierge par sa capacité à se re-virginiser, c’est-à-dire redevenir vierge, se re-nouveler, se re-sourcer, retourner à la Source.
    C’est bien de cela dont nous avons été coupés durant des millénaires et des millénaires, non? 😉

    Qui plus est Artémise est représentée en sagittaire, qui porte un arc et une flèche, or, nous venons juste de changer de signe et passer en sagittaire. On y est.

    Ce rapport de la Révélation de Jean aux constellations est repérable dans d’autres versets. Notamment ses lettres envoyées aux 7 églises, si on regarde sur une carte, et qu’on rajoute l’Ile de Patmos où a été rédigée l’Apocalypse par Jean, Saint Jean représenté par l’Aigle, et bien on obtient la constellation de l’Aigle.

    Il y a en a d’autres à « révéler » mais dont je pressens qu’elles se révèleront d’elles-mêmes au fil du temps. Il y a le sagittaire, la balance, la vierge, etc et à chaque signe nous aurons d’autres synchronicités qui viendront éclairer ces phrases inversées et apparemment de ce texte.

    Merci pour ta belle présence, tes résonances, Samuel.

    Répondre
    • Samuel

      Bonjour Cécile 🙂
      Publier prend tout son sens pour moi lorsque les autres me poussent encore plus loin à partir de mes textes…
      Oui, dans notre monde de dualité, tout a deux facettes. L’absinthe est autant connu pour ses attributs curatifs que pour sa toxicité si employée sous certaines formes. Cet article est une « commande » imprévue qui s’est imposée à moi. Je l’ai délivré sans en avoir parfaitement la compréhension. Le symbolisme est toujours à plusieurs niveaux, et un texte comme celui de l’Apocalypse d’autant plus. Mes guides ont encore des choses à me transmettre… je le ressens. Je dois d’abord intégrer cette première partie.
      L’absinthe est détoxifiante, c’est-à-dire qu’elle permet aux corps d’expulser ses toxines, de les ramener à la surface, cette fameuse amertume.

      Le foie et sa relation avec la blessure de l’humiliation est un thème que j’aimerai aborder.

      J’approfondirai aussi le dragon rouge de l’Apocalypse.

      Répondre
  7. Birwenn

    Bonsoir Samuel,
    Article intéressant à tout point de vue, entièrement d’accord, en ce qui me concerne, je suis un escargot, car, lente est la progression sur le chemin de mon moi intérieur !
    Merci pour ces articles, bonne soirée,
    Birwenn

    Répondre
    • Samuel

      Bonsoir Birwenn,
      La vitesse de progression n’existe que sur notre plan de conscience, car on est soumis à la variable temporelle. Donc en apparence, on ne pense pas progresser, mais il y a des changements majeurs au niveau de notre âme. La prise de conscience est une étape importante de l’éveil. Pourquoi mes guides s’échinent à me donner des clés au compte-goutte ? C’est la répétition de petits coups portés sur ma carapace, en des points précis, selon une rythmique précise, qui brisera au final mes résistances, mes illusions, mes limitations.

      Répondre
  8. Christian

    Bonjour à toi Samuel.

    Seul, je me sens rien.
    Seul, je me sens perdu.
    Deux, je me sens seul.
    Deux, je me sens perdu.
    Seul, je me réveille.
    Seul, je ne suis plus perdu.
    Deux, il se réveille.
    Deux, il n’est plus perdu.
    Unitaire, je me sens bien.
    Unitaire, je me suis retrouvé.
    Unitaire, je je suis révélé.
    Unitaire, je suis tout.

    Répondre
  9. Véronique

    Bonjour, ce texte s’appuyant sur la prédiction de l’Apocalypse et l’élection de Donald Trump, vient faire écho à ce moment de ma vie, dans mon expérience directe, mais sans ces « formes »-là.

    Ce que j’appelle mon interface, ou bien mon expérience, d’être humain incarné ici-maintenant sur cette belle planète se trouve à une croisée des chemins. Ou plutôt dans le lieu d’une interpénétration des dimensions, ce que nous appelons la 3D et la 5D.

    C’est l’heure d’une possible transition ; lâcher la 3D, l’ancien monde programmé en mode « prioritaire », et plonger dans la 5D comme monde principal.

    Actuellement l’expérience se vit un pied dans chaque. C’est intéressant, surprenant d’expérimenter la simultanéité et de connaître les échanges qui se jouent à chaque seconde à l’intérieur entre les différentes facettes de l’interface. Ces échanges ont toujours lieu, simplement lorsqu’on est ancré seulement dans la 3D on ne les connaît pas, on ne s’en rend pas compte.

    Seulement, lâcher la 3D, qu’est-ce que ça signifie, au juste ? Pour mon expérience actuelle, c’est :
    Se positionner absolument à chaque instant dans le cœur, ce qui signifie me laisser expérimenter le plongeon dans le bain d’amour à volonté. Y revenir encore et encore. Ne plus oublier le chemin mais au contraire l’emprunter, le graver, le tracer, l’ancrer. Ce bain d’amour qui EST la VIE, qui est la RÉALITÉ de l’ÊTRE.

    C’est aussi, pour lâcher les amarres côté 3D, renoncer. Renoncer, se détacher. De tout ce à quoi tient la personne. De toutes les formes. Et ça va loin, les formes ! Se détacher de la forme à laquelle on croit le plus actuellement pour nous aider à avancer, par exemple… Accepter de finir un cycle, c’est renoncer à la croyance qu’on a besoin de la forme pour être. C’est avoir intégré suffisamment l’expérience pour être au-delà de l’attachement à la forme. Prêt pour la liberté.

    Et même au-delà, pour franchir ce seuil entre la 3D et la 5D, la voix intérieure me demande un rééquilibrage conscient énorme à effectuer : abandonner la structure énergétique de la projection et privilégier celle de l’émanation.

    La projection, c’est ce qu’on fait tout le temps en 3D, notamment ce que tu appelles la prédation dans ton texte, mais pas que ça. La projection, c’est le mode principal d’action de la personnalité pour survivre tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Ne reconnaissant pas l’apport intérieur de la Source d’Amour dans le cœur, la personnalité cherche à se nourrir en projetant des désirs, des besoins, des attentes vers l’extérieur. Le champ est énorme, recouvre notamment toute la sphère des projets, des jugements, des miroirs, des croyances, les certitudes, les habitudes. C’est ce qui est issu de la volonté personnelle séparée, prédatrice, pour une large part inconsciente.

    En fonctionnant ainsi, alors que la réalité de la Source, de la « fourniture d’amour » n’est pas à l’extérieur mais à l’intérieur, la projection occasionne nécessairement de la frustration.

    L’émanation est l’énergie issue du cœur, de la Présence divine.
    Elle est reliée, elle est nourrie de l’intérieur, de la connexion au champ d’Amour par la porte du Cœur.
    Elle EST. Elle n’attend rien, elle n’a besoin de rien.

    Une des différences entre projection et émanation c’est faire et être.
    Une autre est le fait que lors d’une projection on se croit séparé du reste ; alors que l’émanation est associée à la communion avec toute vie.

    Une des manières d’appréhender et comprendre où l’on se situe entre les deux est de prendre connaissance de la motivation principale réelle à l’œuvre, et sa localisation par rapport à l’espace/temps.

    L’émanation est dans l’instant présent et éternel ; la motivation à l’œuvre est celle du mouvement vers l’Unité.

    La projection est envoyée lors d’un instant présent mais elle est reliée aux buts personnels qui sont d’obtenir quelque chose dans le futur, ou de regretter quelque chose dans le passé.

    Changer l’équilibre de la balance dans son fonctionnement est une transition majeure.

    Par ailleurs cette balance, dans notre monde duel, n’est jamais totalement penchée d’un seul côté, comme l’exprime la philosophie du Tao.

    Le ressentiment est une conséquence de la frustration : la frustration est une conséquence de la croyance que quelque chose nous est dû et nous manque : c’est une fréquence du système de survie, chercher la ressource à l’extérieur en devant se battre pour la récolter. La fréquence d’abondance est la réponse « haute » à la frustration. La solution vibratoire nourricière. En se connectant au cœur, à l’intérieur, on ne manque de rien, et cette expérience est à notre portée directe, sans besoin de rien d’extérieur. Le bain d’amour vibratoire nous est toujours disponible, c’est à nous d’accepter de franchir la porte de ce lieu.

    La gratitude est l’autre facette de la réponse ; elle permet d’envoyer au système le signal que l’expérience est vécue depuis la compréhension de la règle réelle du jeu et l’acceptation du défi de l’épreuve qui se présente.

    La reconnaissance de soi-même comme être issu du Divin et bénéficiant d’une connexion intérieure toujours disponible permet aussi de cheminer vers l’autonomie, la liberté et la responsabilité.

    Dans le mouvement de mon expérience actuelle, le ressentiment vient aussi comme stratagème de l’ego face à sa peur de l’inconnu dans la transition.

    Quand l’ego, qui gère la « survie » de l’expérience, découvre que l’expérience s’engage dans un champ inconnu, son souci est de vite nous ramener dans des champs connus et « sûrs » de son point de vue car nous y avons survécu dans le passé. Il emploie donc les outils dont il dispose pour nous faire baisser en vibration, s’appuyant sur les points non résolus dans le champ de l’individu.

    Là où l’expérience est passionnante, c’est quand le niveau de conscience atteint permet de se situer dans les différentes dimensions simultanément.

    Étant sorti du déni, on accepte de connaître qu’il y a du ressentiment dans le champ vibratoire lorsqu’il se présente, et simultanément on dispose des outils et des solutions pour ne pas le laisser s’installer ni le nourrir ; on prend soin de soi-même depuis ses propres solutions.

    En l’occurrence je sais que je suis en train d’accomplir une transition majeure à l’issue d’un cycle de transmutation réussi ; je sais que je connais de nouveaux champs d’expérience qui me remplissent de joie et d’amour depuis l’intérieur et que ce sont ces champs qui sont ma prochaine étape ; je rends grâce de cela.
    Je sais aussi que la part égotique accepte pour une part de s’aligner car elle s’habitue peu à peu au processus choisi par l’âme, mais simultanément la peur du Vide l’étreint : qu’y a-t-il dans ce nouveau terrain de jeu ? Quelles sont les règles ? Comment s’adapter ? N’est-ce pas pure folie et risque inconsidéré ? Vivre dans le présent demande beaucoup de foi, d’adaptabilité et de détermination. Et la Vie, c’est ça, accepter de prendre le risque de vivre chaque jour nouveau et différent, détaché des attentes, des besoins et des projections.
    Bonne journée

    Répondre
    • Christian

      Bonjour Véronique.
      Merci pour cette belle expérience.
      Un phare tu es.
      Brille et illuminé bel enfant.
      Je ne peux qu’admirer l’être que tu es.
      Merci encore.
      Christian.

      Répondre
    • Samuel

      C’est un ajout qui mériterait d’être un article à part entière 🙂 C’est une très belle contribution dont je vais prendre le temps de relire encore. Ce qui est particulièrement plaisant dans ton récit et l’emploi de la première personne « je ». Cela a toujours été et cela sera toujours une démarche individuelle. C’est à chacun de se découvrir. Gratitude.

      Répondre
      • Christian

        Bonjour Samuel.
        Bonjour à vous Mme Véronique.

        Effectivement, cet article parle.
        Écho de l’âme dans les bras de sa lumière.

        Merci Véronique pour ce beau partage.
        En faire un article serait magnifique.

        Réunir l’écho du cœur de par tous.
        Voilà de la musique pour mon cœur.

        Merci encore.

  10. Flammette

    Bonjour Samuel,
    Est-ce juste de dire que la tombée progressive du voile va faire que chacun verra l’autre et donc aussi soi-même dans la vérité, de plus en plus profondément, en sachant de moins en moins se cacher derrière le mensonge et les différents personnages que l’on joue ? Je comprends que si on ne s’aime pas entièrement avec son côté sombre à ce moment, les autres non plus ne pourront pas vous aimer et ainsi l’amertume, la désillusion, de constater l’autre tel qu’il est au plus profond sera mal vécue poussant par la suite… au désespoir. Que l’autre n’est que ce côté sombre ! Je pense que mon côté sombre est la source d’une puissante énergie qui nous place devant des choix : s’enfoncer dans ce côté sombre ou le sublimer pour quitter et défaire le monde de l’égo et propulser chacun en soi-même en chemin vers son âme. Que penses-tu de cette approche ?

    Répondre
    • Samuel

      Lorsque j’emploie le concept de voile, je touche à deux aspects différents. Dans ma perception des choses, il y a ce que j’appelle le voile sombre que je qualifierai de collectif. C’est celui qui nous coupe de la Véritable Lumière indivise de La Source, nous laissant perpétuer – sous ce voile – la dualité du bien contre le mal, de la « petite » ou « fausse » lumière contre les ténèbres.
      Il y a ce que j’appelle l’illusion de soi, la périphérie de notre être, notre personnalité assortie de l’égo. Elle est notre apparence d’être, elle est notre paraître. Elle fait illusion auprès des autres et elle nous voile nos propres blessures d’âmes entre autres.
      Ces deux voiles se percent progressivement mais concomitamment. Plus je suis conduit à me projeter au-delà du voile sombre, voir ce qui s’y trouve, me souvenir de ce que je suis etc… plus les autres que je côtoie, m’apparaissent sous un jour nouveau. Je vois des choses en eux, qu’eux ne voient pas. Ce n’est pas à moi de leur dire quoi que ce soit, ils doivent se découvrir par eux-mêmes.
      Mais ils vont être forcés de se découvrir tels qu’ils sont. C’est le sens de la troisième trompette. Les partisans de Donald Trump voient en lui l’incarnation, la légitimation, d’une forme de noirceur (sexisme, racisme, peur de l’autre). Les opposants de Donald Trump crient maintenant leur révolte à son élection, révélant aussi une autre forme de noirceur (intolérance du choix de l’autre, médisance, calomnie, dénonciation de l’autre). L’amertume a contaminé les deux bords et au final une large frange de la population.
      Au final, cette troisième trompette révèle l’étendue de la noirceur portée par l’humanité. Elle refait surface au point de croire que l’autre n’est que côté sombre… comme tu l’écris si bien. Je partage ton approche. Il appartient à chacun de faire son choix face à sa propre noirceur – personne n’est exempt. Nous enfoncer dans cette noirceur ou la transmuter, en l’acceptant, en la reconnaissant, en la ramenant dans l’amour, en l’offrant à nos guides et à La Source.

      Répondre
      • Christian

        Bonjour Samuel.
        J’aurais une petite réflexion qui pourrait amuser certains et aider d’autres.

        L’ombre.

        Mon ombre est en moi.
        Elle me regarde et d’un œil sceptique, espérant que je l’invite à la danse.
        Ma lumière est en moi.
        Elle me regarde et d’un œil sceptique, espérant que je l’invite à la danse.
        Alors j’invite la lumière à danser et à l’ombre de se préparer.
        La lumière pointe l’ombre lui faisant part que c’est bon et lui dicta de se préparer.
        L’ombre se cacha dans un coin, mais la lumière la pointa.
        J’avance vers l’ombre et l’invita à danser.
        L’ombre me regarde perplexe.
        Je lui tendis la main et nous nous lançâmes dans la danse.
        La lumière chantait et l’ombre dansait.
        Me tenant au centre, je m’envolais de bonheur… de joie…
        L’ombre et la lumière se retrouvèrent enfin dans la danse de ma vie.

      • Samuel

        Dénué de richesse serait l’homme sans poésie.
        Dénuée de sens serait la poésie sans application concrète.

    • Samuel

      Notre perception de ce qui nous semblait la seule réalité change. Et ce changement se traduit par de nouvelles perspectives sur le sens des choses et des évènements…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.