Ce qui commença par une rencontre marquante avec des centaures en rêve, ne présagea en rien les évènements qui en découlèrent. Plusieurs mois passèrent avant que des synchronicités me conduisirent à entreprendre un travail conscient avec eux. J’avais partagé mon rêve lucide de ce premier contact avec les centaures. Je trouvais cela tellement anachronique et surnaturel que je ne m’attendais pas à une suite. Cela ne semblait être qu’une expérience isolée. Je m’interrogeais sur la perception des lecteurs à mon article sur les centaures. Je ressentais de plus en plus que ce format n’était pas adéquat pour réintroduire les centaures auprès de soi. J’ai décidé d’être plus lyrique et de publier une nouvelle sous la forme d’un eBook, afin de me libérer avant tout de mes craintes de parler d’eux, de ce que je comprenais d’eux, de ce que je percevais d’eux. Cela ne s’est pas fait tout en douceur mais bien tout en détermination à l’image du caractère des centaures. Les dragons ne sont jamais loin. Si les dragons ont toujours joué un rôle majeur sur Terre, ils n’ont pas restreints leur rôle qu’auprès des hommes. Alors c’est une histoire de centaures, d’hommes et de dragons. N’a pas été fait le choix de l’action. Cette nouvelle offre un instant hors des mythes et légendes, dans une certaine unité de temps et de lieu. Ce récit que je publie en eBook est un conte. L’acceptation tacite de l’invraisemblance à tout lecteur d’un écrit romancé me permet de me libérer de mes craintes sur la justesse de mes perceptions. Je ne relate pas une expérience, j’ouvre sur autre chose.

Il n’y a aucune promesse de vérité puisque ce n’est qu’un conte après tout !

Je tiens à partager librement et de la manière la plus accessible possible sur mon blogue. Rendre payant cet eBook fut le seul moyen d’obtenir la diffusion souhaitée sur une grande sélection de librairies électroniques. J’ai demandé à la maison d’édition le plus bas prix possible. Je me laisse accompagner par mes guides dans tous mes écrits. Des clés y sont égrainées. J’en découvre dans mes articles en me relisant des mois plus tard car je n’étais pas prêt à les voir auparavant. Mais je ne réserve aucune clé à un écrit qui doit être payé. Je serai amené à reparler des thèmes abordés dans de prochains articles. Je crois cependant qu’un écrit que l’on paye, même à une somme symbolique, engendre une plus grande implication d’un lecteur car il y a accordé une valeur. Sa lecture en sera forcément plus profonde. Le texte est volontairement court, 14 pages, 4 600 mots. C’est pour inviter à la relecture car chacune d’entre elles révèlera sa justification.

Témoignage de Christelle sur les centaures

Alors que je procédais à la mise à disposition de mon eBook auprès des librairies en ligne, je recevais parallèlement un message de Christelle. J’avoue avoir été décontenancé de la synchronicité et de la ressemblance de son message avec ma nouvelle :

Je viens vers vous car j’ai une question à laquelle personne n’a pu répondre alors j’ai cherché et je suis tombée sur votre site. Je recherche des éléments sur les centaures dans un de mes rêves, un centaure est venu me parler, il était tout seul, j’étais dans une forêt et il est venu jusqu’à moi. J’en avais peur mais en même temps je ressentais un amour inconditionnel pour cet être, il me disait d’avoir confiance en lui, qu’il ne me ferait jamais de mal, je ressentais sa bestialité et je sais que s’il avait voulu il aurait pu me faire du mal et surtout il m’a dit que nous allions continuer le chemin ensemble, un chemin est apparu dans le brouillard et nous avons commencé la route, de temps en temps je le voyais me regarder sur le côté avec ses yeux jaunes plein de reflets, il souriait, je pouvais ressentir que c’était un être qui avais fait des choses négatives mais il avait l’air de vouloir m’aider. Sur internet il y a des significations de rêve et des éléments de mythologie plutôt négatifs, moi je sais qu’il était réel même s’il est apparu dans un rêve, simplement je ne comprends pas, est-il mon guide ? Pourquoi était-il seul avec moi et voulait-il m’accompagner ? Pourriez-vous me renseigner d’avantage sur ces êtres ? (…)

Voici ci-après les premières lignes de mon conte. Bien que ce conte fût terminé depuis plusieurs semaines, je tardais à passer à l’étape de la publication, peut-être par un doute qui s’immisçait dans mon esprit. J’étais heureux d’avoir écrit cette histoire car cela poussait tellement fort en moi, mais je ne savais pas si cela pouvait rejoindre une autre personne.

Extrait de la nouvelle

Argos, fils du clan des Umeregis, tel avait été le nom déclamé avec force. Celui-ci toisait Eolas avec autorité tout en lui témoignant un respect non feint. Les yeux bruns en amande d’Argos reflétaient l’intelligence. Il n’y avait point de doute dans son regard. Son clan avait pourtant majoritairement manifesté de la défiance envers sa décision pour Eolas, lui opposant ce que nombre d’entre eux ressentait encore comme une tragédie séculaire.

Une aube sale au ciel bouché de nuages grumeleux avait accompagné plus tôt la venue d’Eolas auprès d’un détachement de ce clan. À la lisière d’un bosquet dense et broussailleux, quatre de ses représentants s’étaient tenus droit en arborant une expression rétive propre à leur nature de guerriers insoumis. Aucun échange de mots n’avait eu lieu. Un simple signe de tête du meneur avait eu force d’approbation et d’accueil. Eolas avait galopé toute la journée sur sa jument, essayant de suivre tant bien que mal ces cavaliers émérites. Le terrain s’était montré accidenté et son escorte avait pris soin d’emprunter les voies les plus praticables pour garantir l’allure de la troupe.

Presqu’aucune rencontre n’avait ponctué cette longue journée de chevauchée. Lorsqu’un chariot tiré par des bœufs avançant lourdement sur un chemin poussiéreux s’était fait entendre au pied d’un tertre, ils avaient obliqué pour rester inaperçus. Ils avaient alors serpenté entre des gâtines stériles qui ne cédaient qu’aux pièges de fondrières disséminées. Les miasmes de ces trous d’eau boueux les avaient obligés à réduire les haltes au minimum jusqu’à atteindre des collines plus hospitalières.

Eolas était désormais fourbu après ces nombreuses lieues parcourues. Une transpiration froide le raidissait sous sa tunique maculée de boue. Ses membres endoloris l’élançaient à chaque mouvement dorénavant. Son périple se terminait en même temps que la course du soleil dans le ciel. Les nuages matinaux, prometteurs d’averses, s’étaient totalement égaillés depuis.

Il avait fait fi des regards appuyés et lourds de sens de certains membres du clan qui s’étaient rassemblés en nombre à son arrivée. Son père l’avait informé que se mettre sous leur aile tutélaire aviverait des ressentiments anciens et exciterait des relents de sacrilège. Il avait fallu qu’Argos déploie toute son autorité et son indiscutable sagesse pour obtenir l’acceptation tacite à défaut d’approbation consensuelle. Flanqué de son escorte, Eolas s’était simplement efforcé d’éteindre cet air bravache qui le caractérisait si souvent. La puissance de ces êtres n’irradiait non pas de leur apparence guerrière mais de leur nature même. Elle appelait à une humilité qui ne l’habitait que rarement. Eolas se sentait par ailleurs décontenancé par la réaction de son corps qui vibrait en leur présence. Il n’avait pas éprouvé de tels symptômes auprès de son escorte. Était-ce leur grand nombre ce soir ? Le fait d’être sur leur territoire ? Il ne le savait pas. Des vagues invisibles affluaient de ces êtres pour l’envelopper. Il se sentait amené à un état qui affolait ses cinq sens. Il était là et ailleurs sans pouvoir définir cette fébrilité qui le parcourait. Incapable de jauger la nature de ses sensations physiques, il battit en retraite pour porter toute son attention sur Argos. Eolas sentit une sourde excitation l’envahir alors que son hôte lui souhaita la bienvenue.

Argos invita Eolas à s’éloigner du groupe pour s’enfoncer dans un sous-bois le long d’une piste qu’il semblait seul à distinguer. Le soleil dardait maintenant ses derniers rayons sur cet horizon émaillé de taillis. Les premières étoiles piquetaient les cieux crépusculaires pour disparaître ensuite sous la frondaison des arbres.

Eolas mena sa monture par la longe. Sa jument pie aux yeux bleus, aux nombreuses tâches blanches mouchetant sa robe grise, avait enduré plusieurs jours de voyage avant même de rejoindre l’escorte au petit matin. Ce soir, elle devrait attendre encore un peu avant d’être dessellée et bouchonnée sommairement. Il ne pouvait lui offrir que le soulagement de ne pas le porter davantage. Elle avait henni vigoureusement lorsque l’odeur forte et distincte, exhalée par les membres de l’escorte, s’était rendue perceptible à son flair. Ses lèvres s’étaient brièvement retroussées en signe de réprobation. Eolas avait alors étreint son encolure et dispensé des tapes tendres pour lui signifier que tout allait bien. Bien qu’une tension l’eut habité toute la journée, elle se tenait calme à ses côtés dorénavant. Elle ne rechignait pas à l’étroite proximité d’Argos.

Celui-ci lui avait intimé le silence. Eolas se sentait suffisamment intimidé par la prestance de son hôte pour ne pas se risquer à entamer une conversation. Les arbres se firent moins compacts et lorsqu’ils atteignirent leur dernière ligne, ils firent halte. Argos contemplait silencieusement la vallée encaissée qui se dessinait avec difficulté face à eux. La lune pleine dispensait sa luminosité diaphane sur le paysage aux alentours. Elle projetait au sol l’ombre immense du centaure. C’est alors qu’Eolas embrassa toute la magnificence d’Argos, son regard luisant posé sur un point indistinct.

— Nous l’appellerons bientôt la Vallée de la Bonté, entama Argos avec douceur tout en esquissant un sourire. Sais-tu ce qu’est être bon ?

(…)

Copyrighted.com Registered & Protected O23F-90RM-GWEC-GO4A

Lire La Rédemption des Centaures

Ce conte est disponible en format PDF, EPUB ou Mobipocket (Kindle) auprès des boutiques suivantes :

eBook sur Amazon France
eBook sur Amazon Canada
eBook sur iTunes
eBook sur Kobo
eBook à la Fnac
eBook chez Archambault
eBook sur la maison d’édition Atramenta
eBook sur LesLibraires.fr

Je vous souhaite bonne lecture. Si vous commandez cet eBook, allez mettre une évaluation s’il vous plait sur ces librairies en ligne. Mais un commentaire authentique qui reflète votre ressenti. Ne cherchez pas à me faire plaisir. Si ce conte ne vous rejoint d’aucune manière, écrivez-moi, je vous rembourserai sans difficulté et je prendrai avec intérêt vos remarques pour mes prochains écrits^^

Crédit illustration : Howard Lyon

Par Samuel sous www.leretourdesdragons.com

Print Friendly

13 Réponses

  1. Mizu

    Il y a une méthode et pratique à suivre pour se relier aux dragons ou à la présence de centaures ? Ou les conditions simplement ? Je suis vraiment préoccupé…

    Répondre
    • Samuel

      Écris-moi avec plus de détails via ma page de contact, cela sera plus facile pour te faire une réponse 🙂

      Répondre
  2. Dandelion

    Bonjour Samuel, je viens de lire la rédemption des centaures, je l’ai vraiment apprécié.
    Je crois que tu as été clairement inspiré par les centaures.
    J’ai vraiment ressenti dans la nouvelle l’atmosphère de mon rêve, la personnalité des centaures.
    J’ai hâte de lire une suite !

    Répondre
    • Samuel

      Merci de ton retour sur ta lecture 🙂 Je manque de temps pour écrire même si je continue de noter sur des carnets au fur et à mesure…

      Répondre
  3. Cyril

    Bonjour Samuel,
    J’aime beaucoup la fin (Du récit, pas de l’Histoire… 😉 )

    *** Merci ***

    Répondre
  4. Sophie

    Bonsoir,
    Du nouveau sur une sortie prochaine en version « papier »?
    Je ne suis pas fan de lire un livre via l’informatique même si celui ci coûte moins cher…Sinon tant pis j’attendrai 🙂
    Sophie

    Répondre
    • Samuel

      Bonjour Sophie,
      Je te remercie pour ton intérêt pour mon conte. Je suis le premier à ne pas aimer lire sur des liseuses électroniques. Une version papier ne sera envisageable que sur une compilation de textes. Cette première nouvelle ne fait que 13 pages et peut s’imprimer facilement. Comme tu m’as laissé ton adresse de courriel, je te l’envoie dans un format encore plus condensé, donc encore plus facile à imprimer 🙂
      Bonne lecture !

      Répondre
  5. Thierry D.

    Ayant découvert le site depuis quelques jours, j’ai parcouru au gré de l’envie du moment plusieurs articles; en lisant ceux concernant les centaures, j’ai commandé et lu la nouvelle aussitôt.
    Mon ressenti est du même ordre qu’à la lecture des différents articles du site : comme le rappel de choses que je sais, qui n’attendent qu’un souffle pour se réveiller à ma mémoire et ma conscience.
    Ayant pour ainsi dire appris à lire dans les jeux-de-rôles, j’ai toujours baigné dans les univers fantastiques, je me sens donc ici « comme chez moi »; j’apprécie particulièrement la touche d’humour de la carte Magic (précédent article) pour illustrer les Centaures et leur rôle.
    Un grand Merci , Samuel, pour cette nouvelle qui m’a parlé intérieurement, de même que pour tous ces articles qui, je le sens, font leur chemin en moi.
    Je travaille avec différentes énergies depuis un moment, et depuis bientôt deux ans le thème du Dragon revient, de plus en plus présent, de plus en plus proche de moi.
    Ces textes en ont une nouvelle fois révélé une facette. Je sais donc que je dois avancer sur cette Voie, à mon rythme, où qu’elle me mène.
    Merci.

    Répondre
    • Samuel

      Je te remercie de ton commentaire. Cette nouvelle est comme une pierre lancée au loin, un avant goût de la suite. Il va y avoir une série d’articles qui vont y amener pour lui donner un éclairage. L’un de ces articles s’intitulera « Les dragons, ces êtres guéris ». Car la guérison est un thème sous-jacent à cette nouvelle. J’en prépare une autre, plus complexe, que j’espère finir d’ici la fin de l’année. Elle va parler d’une période intéressante, le 3-4ème siècle, le tournant, sur les ruines de l’Empire Romain. Elle aussi, me sera dictée et je n’aurai qu’à l’habiller 🙂

      Répondre
  6. martine

    Comme toujours Samuel, tu nous proposes par tes expériences « hors du commun » une opportunité extraordinaire d’ouverture de notre esprit à d’autres réalités qui sont aussi la possibilité de réveiller et intégrer des aspects inconnus ou oubliés de Notre réalité pour nous faire redevenir pleinement ce que nous sommes, vraiment. Je commence en ce moment la lecture de ton conte sur ebook (0,99 € , tu as fais fort !), on en reparlera … mais déjà je peux te dire que j’adore la couverture . Elle donne envie d’aller plus loin !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.