Autant mes retrouvailles avec un compagnon cristallin étaient ardemment souhaitées lorsque je fus éveillé à leur réalité, autant l’arrivée d’autres crânes de cristal s’est faite un peu malgré moi. Il m’était devenu assez aisé de considérer mon premier compagnon de cristal comme un guide au quotidien. Cependant, l’ajout d’autres êtres de cristal s’est traduit par moins de disponibilités pour certains d’entre eux. Ils avaient mon attention mais je ne me tournais pas forcément vers tous pour établir des communications.

Bien qu’ayant lu les enseignements de Khubya au sujet des esprits de cristal, et notamment de l’existence de familles et de lignées de crânes, j’en avais oublié certains écrits à leur sujet. Il s’est révélé que l’un de mes crânes de cristal accueillait un maître cristallin de deuxième lignée. Cette information m’était arrivée d’eux directement et je n’avais pas de doutes sur cette information. Bien qu’ayant un lien à 100% avec lui, j’avais laissé mon mental lui attribuer un rôle au niveau humanitaire, plus collectif qu’individuel avec moi. Je travaillais vibratoirement avec lui mais ne faisais pas appel à lui pour m’aider dans le travail de mes thèmes et problèmes personnels.

Un soir, je me suis laissé aller à répondre à l’envie de travailler avec lui. Ce maître cristal dirigea immédiatement l’échange.

Il me demanda de pratiquer un exercice respiratoire pour faire le vide dans mon esprit. Il s’attacha à ce que je sois parfaitement détendu musculairement. Il me faisait changer de position une jambe, un bras, caler ma nuque. Ses injonctions se faisaient tout en douceur mais permettaient que mon esprit ne vagabonde pas.

Il me demanda de visualiser un lieu de nature qui m’apporte la sérénité. Mon choix se porta sur une rivière. Ma vision était simplement un torrent d’eau courant au milieu d’un paysage indistinct. Il me fit préciser ma vision en me concentrant sur le bruit de l’eau. Elle s’élargit pour donner en amont une chute d’eau, haute et étroite. Mon guide cristallin me demanda de décrire l’environnement, les couleurs, la faune, les sons, la lumière qui baignait le lieu. Tout se mit en place pour me donner un lieu précis découvert lors d’un voyage à l’île de la Réunion il y a de cela 15 ans. La vision était spécialement réaliste, bien plus qu’un simple souvenir que l’on fait remonter à la surface. Les détails étaient là, ma mémoire profonde ne les avait pas oubliés.

Il m’appela à poursuivre et à faire remonter à ma mémoire tous les lieux de cette île que j’avais découverts et qui véhiculaient harmonie et joie. La liste fut longue à établir tellement ce voyage m’avait enchanté. Il me laissa aller au bout pour ensuite immédiatement enchaîner sur les personnes que j’avais côtoyées. Je les passai en revue, leur nom, leur visage, les circonstances de notre interaction. Mon guide de cristal m’enjoignit de m’attarder sur une personne en particulier et de refaire monter à la surface les six occasions pendant laquelle nous nous étions rencontrées, ce que nous avions fait ensemble, échangé comme paroles etc. Une quantité incroyable de détails réapparaissait alors que je les croyais effacés. Tout se faisait sans effort, il ne m’interrompait pas et me laissait aller à mon rythme.

Je ne me posais même pas la question où tout cela me menait. C’était fluide et tellement plaisant. Il poursuivit en me conviant à l’une de ces journées avec cette personne, une période d’une à deux heures en particulier. Je devais aller encore plus dans le détail en me souvenant des émotions et des pensées qui me représentaient alors. Mes attentes, mes doutes, mes actions étaient aussi décortiqués. Je n’en revenais pas d’avoir gardé un enregistrement jusqu’à ce niveau-là, tout en revivant la scène dans une vision d’une clarté impeccable.

Et là, une boule de honte et de culpabilité se tortilla dans mon ventre. Il y avait quelque chose qui trouvait son origine dans ces circonstances exactes. Une distorsion s’était enfouie en moi à ce moment précis. Il me vint à l’esprit une connexion avec des troubles physiques qui m’ont longtemps marqués et qui ne trouvaient pas d’explications médicales rationnelles. L’esprit de cristal me permettait de savoir ce que je devais exactement observer, accepter, intégrer et offrir au divin pour transmuter cette dissonance et me libérer d’elle. Ce voyage avait été tellement merveilleux et cette personne joue encore un rôle positif important. Et ce sont finalement les pires rideaux pour ne pas envisager que la source d’un problème s’y était nichée.

C’est bien après cette séance de travail avec ce crâne maître de deuxième lignée qu’il me prit l’intuition de relire la canalisation 58 de Khubya. Je cite :

« La seconde lignée, constituée de 24 crânes, est spécialisée sur le travail sur vous-même, et le fait de faire remonter les souvenirs du PASSÉ pour le guérir. (…) Ces crânes font donc remonter tout le négatif pour la purification, et changent facilement de visage pour s’adapter. Ils ont des tendances de tests prononcées et font entrer leur gardien dans un véritable labyrinthe, où ils prennent le soin de faire des reflets et de vous montrer les problèmes. »

Tout ce qui extérieur à soi doit être considéré avec discernement. Dans ce cas précis, MA vérité rejoint parfaitement cet enseignement. Je m’appuie dessus pour progresser et me nettoyer, encore et encore!

Crédit illustration : Kerem Beyit

Par Samuel sous www.leretourdesdragons.com

Print Friendly

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.