Enseignement reçu de Xaltar, esprit cristallin ancré dans un crâne de cristal en quartz fumé. Dans ses propriétés métaphysiques, le quartz fumé offre un bouclier psychique contre les vibrations négatives, nettoie l’aura et les corps subtils tout en étant un minéral d’ancrage qui aide à relier le corps physique avec son Soi Supérieur.

Xaltar : On a fait un bon bout de chemin ensemble depuis nos débuts. Ce chemin s’est fait majoritairement dans le silence, celui de nos cœurs et de nos âmes. Et oui ! Les êtres de cristal ont aussi une âme. Elle est un peu différente de la vôtre car elle n’est pas fragmentée mais décomposée.

Quelle est la différence entre âme décomposée et âme fragmentée ?

Xaltar : Je vais te l’expliquer.

Une âme fragmentée est une âme séparée de certains de ses corps vibratoires, notamment pour vous, de son corps d’incarnation. Cela explique les dysfonctionnements qui peuvent affubler un corps d’incarnation. Les cellules se répliquent de moins en moins bien car vous le savez, elles sont des copies de copies avec des erreurs à chaque renouvellement. Elles n’ont plus le modèle idéal et parfait, celui que l’âme a prévu au début de l’incarnation pour venir éprouver une expérience. Cela explique donc que les vrais êtres ascensionnés vont rajeunir lorsque l’alignement de l’âme avec TOUS ses corps vibratoires sera réalisé. Il peut y avoir reconnexion entre l’âme et la conscience d’un être incarné, comme pour toi, mais il n’y a pas encore alignement des corps. Tu continues donc de vieillir et de souffrir de maux physiques divers.

Quand il y a alignement des corps, nous nous trouvons dans la situation d’une âme décomposée. L’âme se déploie en une infinité de corps subtils. Chaque corps reste en résonance parfaite avec le plan directeur de son âme.

Si un être nait sur Terre dans un corps avec une infirmité, c’était dans le plan de l’âme pour une leçon de vie à apprendre. Mais voir ce corps se dégrader au fil du temps terrestre et se scléroser toujours plus n’est pas dans le plan divin, simplement une conséquence de la séparation entre l’âme et le corps d’incarnation.

Certes, vos choix de vie, alimentation, hygiène, entretien physique du corps, influencent la rapidité de la dégradation du corps. Mais retrouver le chemin vers l’alignement entre le corps physique et l’âme est la seule voie vers la régénération cellulaire. Cette voie ne se décrète pas mais se vit. Votre corps est fait de cellules vivantes et de sous-corps subtils, et donc à ce titre, ont une délégation de conscience, de votre conscience donc un autre fractionnement de la fragmentation de votre âme.

Plutôt que de regarder vers le haut, vers votre âme pour réaligner votre corps physique avec les corps subtils entre lui et votre âme, commencez par réaligner votre fragment de conscience/corps avec les sous-fragments de celui-ci ainsi que les sous-corps subtils qui le composent.

C’est là l’un de nos rôles en tant qu’être cristallin. Nous rassemblons tout ce que vous êtes en ce « bas monde » pour reprendre l’une de vos expressions. Les dragons vont aider à rattacher d’autres corps subtils à votre être, d’autres vous mais qui sont « ailleurs ».

Qu’est-ce qu’un être cristallin attend de nous ?

Xaltar : Tout simplement que vous compreniez votre rôle de conscience directrice de toutes les décompositions de votre conscience incarnée. Votre conscience incarnée est une fraction de votre âme. Vu de votre âme, vous êtes un élément dans la pyramide de votre être qu’elle domine. Mais votre conscience incarnée est au somment de la pyramide de toutes vos autres sous-fractions incarnées.

En d’autres termes, ne voyez pas votre corps comme un corps vibratoire monobloc. Votre corps d’incarnation est l’assemblage d’une multitude de corps, physiques (par chacune de vos cellules), énergétiques (par les méridiens qui les parcourent), magnétique (par la polarisation de votre corps physique), électrique (par la transmission d’informations dans et à la surface de votre corps).

À l’énoncé de tous ces corps à l’intérieur de votre corps, vous comprenez un peu plus notre champ d’action auprès de vous. Les êtres de cristal agissent en profondeur pour corriger, réaligner, recalibrer vos corps afin de vous préparer à retrouver l’alignement de ces corps avec le plan directeur de votre âme et les nouvelles énergies qui déferlent dans votre système solaire.

Mais nous ne pouvons le faire sans votre consentement et sans votre aide. S’il n’y a pas de respect de votre corps, vous défaites ce que nous faisons.

Le respect n’est pas le dogmatisme

Xaltar : S’il te plait, Samuel, raconte ton expérience avec la vibration de l’aliment viande.

« Lors d’un de mes voyages de l’esprit, je suis remonté sur un plan de conscience me faisant ressentir le sacrilège de manger des animaux. Cette perception était viscérale et me prenait au plus profond de moi. Je me jurais d’avoir enfin compris et que je ne pourrais plus jamais manger de la viande de ma vie. Ensuite, je suis « redescendu », palier par palier. Je remarquais que ma conviction s’effritait, que ma détermination s’essoufflait. Plus je redescendais vers ma vibration de tous les jours, plus l’idée de quand même en manger un peu me prenait. Pourtant le souvenir de l’expérience restait d’une grande clarté. »

Xaltar : Pourquoi te l’avoir fait ressentir pour ensuite te ramener dans ton plan de conscience terrestre qui ne résonne pas avec cette révélation. Au départ, tu pensais que je voulais te montrer ton objectif, celui à atteindre. Oui et non. La leçon réelle était de te tester sur le piège de l’atteinte du RESPECT par DOGMATISME.

Atteindre le RESPECT ne se fait que par le RESPECT de ce que l’on est. Si après cette expérience, tu avais décrété que tu ne mangerais plus de viande mais qu’au fond de toi, tu en avais encore envie, cela aurait été du DOGMATISME et de l’IRRESPECT.

Vous n’avez pas à être celui que vous n’êtes pas encore.

Ce serait le jeu de l’apparence, donc le jeu de l’égo. Tous ceux qui aspirent à être spirituel se plient à la convention sociale des spiritualistes d’être végétarien. Mais quelle ineptie ! En faisant cela, vous créez des distorsions en vous qui nous empêchent, nous les esprits cristallins, d’effectuer notre travail au travers de tous vos sous-corps d’incarnation. Nous nous accommodons très bien, et vos corps aussi, que vous ingériez des nutriments de basses fréquences. Comprenez que ce que je dis n’est pas un laissez-passer aux excès ou une invitation à la déresponsabilisation. Vous devez tendre vers les nutriments vivants à forte teneur vibratoire. Mais À VOTRE RYTHME, pas à celui de votre égo ou de la pression de l’égo des autres.

Tu as lu cet article de Blandine sur l’alimentation Vous mangez de la viande ? Pardonnez-vous ! Il est riche de sagesse.

Ceux qui se détournent de l’alimentation carnée à cause de la souffrance animale ou à cause de symptômes physiques, se trompent de défi. Si vous ne supportez pas un animal qui souffre, vous oubliez qu’il reflète une blessure intérieure. Si vous avez une allergie alimentaire, ce n’est pas l’aliment qui est en cause, même le plus mauvais vibratoirement, mais c’est la blessure qu’il vous titille. L’allergie alimentaire ne vous apprend pas ce qui est bon pour votre corps, il vous indique que quelque chose ne va pas.

Votre corps est capable de faire face à tout ce que vous lui donnez. Il prendra ce qui est bon et rejettera ce qui l’est moins sans en être affecté.

Le fait de simplement avoir de moins en moins envie de manger de la viande et d’être attiré par d’autres aliments est un bon indicateur que vous cheminez en paix dans la bonne direction.

La transition alimentaire est une CONSÉQUENCE de votre transition vibratoire et non pas un MOYEN égotique par une volonté forcenée.

Samuel, tu manges encore de la viande occasionnellement, et cela ne t’empêche pas de développer tes facultés de reliance, de réveiller tes mémoires et de t’éveiller à d’autres plans d’existence. Plus ces facultés s’accroissent, moins tu as envie de manger de la viande. Cela se fait naturellement. Il n’est plus question d’écouter les « tu abîmes ton corps si tu manges de la viande ». Il est question d’agir en cohérence avec son être profond, plus de mensonge avec soi. La transition alimentaire est progressive, elle peut faire des pauses ou des reculades. Quand tu as envie de manger de la viande, tu en manges POINT.

Votre régime alimentaire donne un indicateur de là où vous êtes rendus. Ne le biaisez pas, soyez honnête.

Le régime paléo déferle en ce moment et il peut être promu avec force par d’anciens végétariens. Pourquoi ce revirement ? Y aurait-il une étape manquée qui doit être expérimentée ?

Le simple fait de se définir comme végétarien, végétalien, paléo ou autre est simplement un renforcement de l’illusion de séparation. Tout groupe qui revendique des traits communs amène une dogmatisation et un état de séparation qui se renforce souvent par le rejet et la critique des autres alternatives. Les plus fervants adeptes du régime paléo sont souvent d’anciens végétariens convaincus. Ils prêcheront avec tout autant de force que leur nouveau choix est le bon. Chaque groupe porte des jugements sur les autres. La culpabilité règne en maître. Ceux qui se définissent comme végétariens pleurent sur la souffrance animale et les paléo revendiquent un retour aux sources dont la mémoire humaine a d’ailleurs tout oublié.

L’alimentation doit témoigner du respect de soi en cohérence avec soi, libre de toute projection d’un idéal à atteindre.

L’honnêteté et la cohérence sont ce que les êtres de cristal attendent de ceux qui font appels à nous. Nous nous cachons partout dans votre quotidien. Il n’est pas nécessaire d’être en mesure de pouvoir s’entendre et de se parler. Si vous avez une roche cristalline, un crâne de cristal, nous nous y logeons et travaillons avec vous sur vous.

Nous sommes là même si vous n’introduisez aucun support cristallin dans votre environnement :

Être de cristal se manifestant à Montréal

Esprit cristallin dans les rues de Montréal

Pour découvrir ici d’autres photos d’apparitions de consciences lumineuses à Montréal.

Samuel : Merci Xaltar pour cet enseignement.

Crédit illustration : Eriopsis

Par Samuel sous www.leretourdesdragons.com

Print Friendly

11 Réponses

  1. Alice Nature

    Je viens juste de découvrir votre site et c’est réellement une belle surprise.
    je n’ai lu pour le moment que cet article et je pense dévorer le reste 😉
    J’aurais tout de même une pensée divergente sur le fait de ne pas influencer son entourage sur le choix alimentaire. En effet dans « ma vision » si les gens ne mangeaient plus de produits truffés d’additifs nocifs (pour commencer), les industriels reverraient leur recette et qualité de leur produit, en bref, je suis pour le boycott. Ça me dérange beaucoup de voir des gens et même ma famille s’empoisonner et ne pas suivre une seule de mes recommandations.
    Est ce que cela fait de moi une personne intolérante qui veut contrôler l’assiette de l’autre ?
    J’ai bien compris que nous avions tous un chemin et des objectifs différents et pourtant je n’arrive pas à trouver la voix du respect dans ce domaine.

    Répondre
    • Samuel

      Bonjour Alice,
      J’ai expliqué, avancé des arguments, développé mes choix quels qu’ils soient. Tel Don Quichotte face aux moulins à vent, je me battais avec mon égo en réalité. Qui suis-je pour décider ce qui est mieux pour autrui ? Qu’avais-je besoin de me rassurer en essayant de convaincre les autres de me suivre ?
      Maintenant, j’énonce mes choix et laisse l’autre suivre ses choix. J’ai découvert qu’en énonçant simplement mes choix, c’étaient dorénavant les autres qui se moquaient, me dénigraient et avançaient des arguments. C’étaient eux qui étaient perturbés de voir quelqu’un sortir du moule et qui avaient besoin de se rassurer dans la continuation de leurs choix. Que cela soit pour la vaccination, l’alimentation, les ondes wi-fi etc. on me rappelle que je suis différent. Et petit à petit, il y a quelque chose qui bascule. Une personne qui ne concevait pas l’alimentation sans viande commence à lire sur le sujet, faire des recherches, m’envoyer des liens tels que https://ca.news.yahoo.com/bacon-sausages-big-cancer-threat-083910518.html
      Simplement s’occuper de son chemin change davantage le chemin des autres que d’interférer dans ce chemin des autres 🙂

      Répondre
  2. Lydia

    Bonjour,
    Je reçois vos textes via ma boîte mail et ça résonne toujours.
    J’en partage certains sur mon blog, selon l’élan de l’instant et tiens juste à vous le dire. Le copier-coller est courant, l’anonymat et le caractère furtif des clics font souvent oublier que derrière les écrits, il y a un être humain avec un cœur.
    La reconnaissance et la gratitude sont des vertus qui enrichissent tout le monde alors merci de partager votre intimité, vos voyages et « découvertes ».
    Lydia

    Répondre
    • Samuel

      Je reçois tes mots avec gratitude. Alors à moi de te témoigner de la reconnaissance pour tes écrits 🙂 Je suis très heureux d’y lire que tu ne sois pas en parfaite résonance avec tout ce que j’écris. L’important est de montrer que chacun doit recouvrer sa souveraineté. Je prends aussi ce qui m’inspire, souvent seulement une partie de quelque chose mais jamais tout. Je trouve l’élément dont j’avais besoin pour moi et je l’intègre sans jugement du reste qui ne résonne pas en moi.

      Répondre
  3. Samuel

    Bonsoir à tous,
    Je suis très surpris du nombre de vues sur cet article en moins de deux jours. J’ai reçu des réactions très diverses. Cet article était pour moi « périphérique » et finalement le sujet de l’alimentation est au contraire au centre de nombreux clivages. Je viens de déplacer tout en bas le très long commentaire du pseudonyme John.
    Non pas à cause de son contenu (il s’agit d’un copier coller d’un extrait du végétarisme, par Omraam Mikhaël Aïvanhov) alors même que je partage ce qui est écrit mais parce qu’il est lancé anonymement sans plus d’explication. Il correspond exactement à ce que mon guide appelle le dogmatisme. Il s’agit d’affirmer que j’ai raison et que les autres ont tord, qu’ils ne comprennent pas comment la viande est chargée de la souffrance de l’animal à l’abattoir.
    Je ne dirai jamais à quelqu’un ce que tu fais est une erreur. C’est son CHOIX. Apprenons à ne pas juger le choix des autres. Respectons les autres. Qui sommes-nous pour donner des conseils aux autres ? Il n’est plus temps de culpabiliser les autres parce qu’on souffre de les voir manger de la viande. Il n’est plus temps de dire mon régime est le meilleur. Faisons les expériences alimentaires de notre choix, nous nous cherchons tous dans nos choix alimentaires, les miens changent et font parfois des régressions, qu’on nous laisse maître de notre assiette ! Notre assiette nous reflète et c’est ce miroir HONNÊTE qui est important pour chacun. Personne ne devrait avoir à s’occuper du miroir des autres, on en oublie alors de s’atteler à son propre miroir…

    Répondre
    • Sophie

      Bonjour Samuel,
      L’alimentation en ces temps est bouleversé, on nous parle de dioxine, de vache folle, de nourritures contaminées..mais en même temps de produits bio…je crois que nous ne savons plus quoi faire face et on essaie de « s’attacher » à quelque chose qui nous interpelle sans en avoir réellement conscience. Je bosse pour un magasin bio et je vois la consommation de viandes diminuées, les gens misent sur une qualité de viandes (même si celles ci est bio) !! et je me dis « vivement le jour où on ne tuerai plus un animal pour se nourrir » mais du coup est ce pour moi ou pour les autres que je dis cela? (je mange uniquement quelques morceaux de poulet dans le mois et définitivement plus de viandes rouges depuis plus de 14 ans). Oui c’est très clair, chacun voit midi à sa porte, juste essayons de « nous » mettre en phase avec notre cœur et notre conscience. Je remercie tes guides cristallins et toi même pour avoir provoqué cet article qui aujourd’hui est fondamental dans notre chaîne alimentaire. Et pour finir, le jour où nous sera montré « la nébuleuse » souffrance des animaux pré et post abattage alors là sera un défi pour l’humanité. Quand nous pourrons « voir » l’état vibratoire et l’influence sur leur corps énergétiques après l’abattage… et bien sûr le jour où on comprendra cet effet..l’humanité aura fait un grand pas.
      Sophie.

      Répondre
      • Samuel

        Bonjour Sophie, l’alimentation est l’un des sujets de discussion qui revient beaucoup dans mon travail. Je mets personnellement l’emphase à chasser les « sucres inutiles » de mon alimentation, soit les produits avec des sucres rajoutés, raffinés (glucose, fructose, mélasse, sirop de maïs…).
        Pour la souffrance animale, je ressens toute la justesse de l’enseignement d’Omraam et je ressens tout autant l’irrespect dans son emploi ici dans les commentaires pour faire culpabiliser l’autre. Je pense qu’on s’éloigne alors de la philosophie d’Omraam, l’éveil des consciences mais dans le respect du choix de l’autre et de son cheminement.

  4. Vincent

    Bonjour Samuel. Encore une fois excellent article. Son contenu est très vrai. On en revient à Toujours la même chose : écouter son ressenti et NON suivre un régime particulier sans prendre en compte Les réels besoins du corps. Même si on fait des erreurs de temps a autres, cela alimente l’expérience.

    Répondre
  5. Blandine

    Merci mon ami, et merci Xaltar, pour dire aussi clairement cette sensation que j’avais au fond de moi. Nos deux articles résonnent visiblement l’un pour l’autre. <3

    Répondre
  6. Nathalie Cariot

    Bonjour Samuel,

    Merci pour ce texte, qui encore une fois est d’une clarté limpide!
    Je suis un jour tombé sur vos textes « par hasard »… Ils m’ont tout de suite fortement interpelé…
    J’ai toujours été passionnée par les dragons, convaincue de leur existence… J’ai même écris des textes, un livre, où je les mets en scène… Mais je ne sais comment vous le dire, c’est un peu comme si une part de moi Savait tout cela, alors que l’Autre l’ignorait. Je croyais en l’existence des Dragons, mais je ne le faisais pas en Conscience! ( Et c’était pareil pour les Élémentaux! et d’autres choses encore…)
    Dans mon livre où je parle des dragons, il y en a deux Yi Jie et Shen lung dont je suis très proche… Au début je pensais que ce rapprochement était une sorte d’imprégnation, mais sans plus, simplement parce j’ai beaucoup travaillé sur ce livre et qu’en plus j’écris à voix haute!
    Imaginez le choc que j’ai reçu en lisant votre premier texte puis les suivants…
    Depuis, Hi Jie me revient souvent en tête et je dirais que pour le moment j’ai tendance à ne ne pas trop vouloir écouter… (comme si je ne savais pas quoi faire avec ça!)
    Par contre notre rencontre m’a permis d’Être plus en Conscience, et de réaliser que tout ce qui me venait depuis toutes ces années avait un sens.
    J’ai fini par me lancer et décidé de partager certains de mes écrits.
    Voilà, ne me demandez pas pourquoi je partage ceci avec vous aujourd’hui… Pour l’instant je n’en ai aucune idée. Mais comme maintenant en matière d’écriture j’ai tendance à suivre totalement mon intuition…
    Je vous souhaite une belle et lumineuse journée.
    Merci à vous encore une fois.
    Nathalie

    Répondre
  7. John

    Le végétarisme, par Omraam Mikhaël Aïvanhov
    animal peur« Avez-vous pensé à ce que ressentent les animaux que l’on conduit à l’abattoir? Ils sont sensibles, parfois plus que l’homme. Quelle peur, quelle frayeur et quelle révolte les agitent et les troublent! Ils sentent ce qui les attend. Ils ne peuvent pas l’exprimer, mais leur glandes réagissent, sécrètent et excrètent des humeurs chargées de leur haine et de leur angoisse, et c’est un véritable poison qu’ils répandent dans leur sang d’abord, puis dans toutes les cellules de leur corps. Ce poison, les Maîtres le connaissent, et les savants le découvriront bientôt. Tout disciple doit s’observer pour devenir conscient de ce qui se passe en lui suivant ce qu’il mange, boit et respire. Ce poison, qui est le produit de la peur, ne peut être neutralisé ou éliminé de la viande ni par la cuisson ni par le lavage; il se répand et agit dans l’organisme de l’homme.

    gâteau fruits rawLa différence entre la nourriture carnée et la nourriture végétarienne réside dans la quantité de rayons solaires qu’elles contiennent. Les fruits et les légumes sont tellement imprégnés de lumière solaire qu’on peut dire qu’ils sont une condensation de la lumière. Quand on mange un fruit ou un légume, on absorbe donc de la lumière solaire qui ne laisse pas de déchets en nous. Tandis que la viande est plutôt pauvre en lumière solaire, c’est pourquoi elle se putréfie rapidement.

    Nous transgressons les lois de la nature et nous nous imaginons que, malgré ces transgressions, le Royaume de Dieu va venir sur la Terre. Non, cela ne se peut pas. Comment voulez-vous que le Royaume de Dieu vienne alors que nous ne cessons de massacrer des millions et des millions d’animaux? Les âmes des animaux que nous avons mangés se manifestent ensuite en nous sous forme d’instincts, de passions, de peurs, de cruauté, et nous devons les instruire. Voilà le danger de manger des êtres vivants: leurs âmes viennent nous habiter et nous avons la responsabilité de les instruire. Qui nous a donné le droit de tuer et de manger des animaux? Nous-mêmes, mais pas la nature. Si les animaux nous permettent de les manger, c’est bien; mais s’ils ne nous le permettent pas, ils ont le droit de vivre. Les priver de leur droit à évoluer est une grande responsabilité et une transgression de la loi: «Tu ne tueras pas.»

    moutonVous êtes étonnés de ce que je vous dis et vous vous demandez comment savoir si les animaux vous permettent de les manger… C’est très simple. Vous allez par exemple dans le poulailler pour y prendre un poulet et lui couper le cou. S’il pousse des cris et se débat, c’est le langage qu’il emploie pour vous dire: «Mon maître, j’ai besoin de vivre car je n’ai pas encore pu achever mes affaires sur la Terre.» Alors, ne le tuez pas, ne le privez pas de la joie que le Seigneur lui a accordée de vivre davantage. Laissez-le, et poursuivez-en un autre. S’il crie, lui aussi, abandonnez-le également jusqu’à ce que vous en trouviez un qui ne pousse aucun cri, ce qui sera le signe qu’il accepte de se sacrifier pour vous. Vous vous demandez: «Et si aucun poulet ne se tait quand nous voulons le prendre, que devons-nous faire? » C’est très clair, vous devez renoncer à manger du poulet et de la viande. Vous pensez que c’est une conclusion terrible parce que vous aimez la viande… Oui, peut-être, mais vous ne pensez jamais qu’à vous-mêmes. Dans toutes vos réponses il n’est toujours question que de votre plaisir, de votre satisfaction, de votre existence. C’est cela seulement qui compte pour vous, même si on doit le payer par la mort d’innombrables animaux.

    cochon abattoir Les Initiés qui savent combien il est coûteux de transgresser la Loi de la Vie – parce qu’on y perd bien davantage qu’on ne reçoit – préfèrent renoncer définitivement à manger de la viande. Faites comme eux et vous ne perdrez rien. On ne perd rien à vivre vraiment d’après les lois de l’Amour. Si vous ne mangez pas les animaux, ils vous connaîtront, vous aimeront et vous ne serez plus tourmentés par leur présence en vous comme cela se produit avec ceux qui en ont tué et mangé. Les âmes des animaux viennent leur réclamer des indemnités. Elles leur disent: «Vous nous avez privés de la possibilité d’évoluer, c’est pourquoi vous serez désormais obligés de vous occuper de notre instruction.» Il n’est donc pas étonnant que tous ceux qui mangent de la viande soient entourés d’âmes animales qu’ils sont contraints de nourrir. Et la preuve, c’est que les carnivores sont davantage enclins à la cruauté, à la colère, à la sensualité et à la peur que les végétariens et qu’ils souffrent souvent d’insomnie. C’est la conséquence de cette mauvaise habitude de manger des animaux. »

    abattoir imageLa loi de la justice est implacable et elle oblige l’humanité à payer en versant autant de sang qu’elle en a fait verser aux animaux. Quelle tuerie pour satisfaire les instincts les plus grossiers! Que de millions de litres de sang répandus sur la Terre qui crient vengeance vers le Ciel ! Où sont les savants qui pourront dire que les émanations de ce sang attirent non seulement des microbes mais des milliards de larves et d’entités inférieures du monde invisible qui viennent se nourrir de cette énergie? Où sont les hommes qui auront les yeux assez ouverts pour voir ce que ce sang produit dans le monde visible et invisible? Mais la plupart des hommes sont descendus tellement bas qu’en dehors de leurs satisfactions physiques, rien n’existe pour eux. Ils aiment la viande et ils continueront à en manger, quelles qu’en soient les conséquences!

    tigreLes animaux ne sont pas aussi bêtes qu’on le pense; ils savent parfois discerner infiniment mieux que les hommes. Dans l’Inde, il arrive que des yogis restent à méditer dans des forêts remplies de bêtes sauvages sans qu’aucun animal ne les touche. Pourquoi? Comment des fauves ou des serpents peuvent-ils discerner les hommes purs des hommes impurs? S’ils se jettent sur les uns alors qu’ils ne font aucun mal aux autres, c’est qu’ils savent bien les distinguer. Comment le peuvent-ils? Ceux qui mangent de la viande, par exemple, répandent une telle odeur que les fauves comprennent tout de suite qu’ils sont leurs ennemis et qu’ils mangent leurs frères; c’est pourquoi ils se vengent. Tandis que l’odeur des saints, des végétariens, les fait s’incliner devant eux, et ils ne leur font aucun mal. Dans certains villages de l’Inde où les fauves font encore des ravages, on fait venir un ascète qui vit dans la forêt proche pour les écarter. Cet homme se met en prière pendant quelque temps à l’entrée du village et les fauves n’osent plus approcher; ils n’osent pas transgresser la Loi de la Sainteté.

    (Note de Laura : C’est vrai, j’ai déjà rencontré un responsable d’un parc animalier qui après 20 ans de carrière m’a expliqué à quel point les animaux ressentent « l’âme » des gens. Il a déjà eu certains de ses collègues qui ont été mangés par des lions dans le zoo, et il s’avèrait à chaque fois que c’était des personnes qui détestaient les animaux ou non respectueuses y compris avec les humains).

    poisson manJe vous ai dit que vous ne deviez manger que les poulets qui ne s’enfuient pas lorsque vous voulez les saisir pour leur couper le cou. Avec les poissons, c’est un peu la même chose. On peut dire que les poissons qui se laissent prendre dans les filets acceptent d’être mangés, les autres n’acceptent pas. Bien sûr, vous allez trouver mon raisonnement bizarre, vous pensez que les poissons ne réfléchissent pas et qu’ils se laissent prendre par stupidité. Mais que savez-vous réellement de la vie des poissons, de leurs possibilités, de leurs qualités? C’est à peine si maintenant on découvre les possibilités extraordinaires des dauphins. Peut-être y a-t-il chez les poissons des professeurs, des écoles… Et comme c’est une espèce extrêmement prolifique, fidèle au commandement: «Croissez et multipliez», peut-être les chefs religieux qui les dirigent pensent-ils qu’une certaine quantité d’entre eux doit se sacrifier.

    poisson filet pecheC’est des poissons que les hommes ont appris la Loi du Sacrifice pour pouvoir évoluer. Les êtres nés sous le signe des Poissons manifestent souvent une sensibilité excessive, une grande intuition, le besoin de prendre la souffrance des autres, l’abnégation, le renoncement. L’Ère des Poissons est celle où le Christ devait s’incarner en tant que manifestation de l’Amour désintéressé et du Sacrifice.

    Mais si nous mangeons de la viande, toutes les cellules du royaume des animaux que nous avons absorbées entrent dans la construction de notre corps, mais elles ne nous sont pas dévouées et ne nous aiment pas. Elles s’opposent donc à notre volonté et lorsque nous voulons accomplir des actes supérieurs, elles refusent d’y participer. Avec la viande, tout ce qui appartient au domaine des animaux pénètre en nous et lorsque nous voulons développer notre être supérieur, nous rencontrons des difficultés parce que ces cellules animales ne nous obéissent pas. Elles ont une volonté propre dirigée contre la nôtre.

    Je vois ce que la plupart d’entre vous continuent à penser : «Oui, mais la viande est tellement délectable!» Vous avez le droit de le penser. Ce que je vous dis est seulement pour ceux qui veulent évoluer. Les autres peuvent agir comme bon leur semble, mais plus tard, ils paieront cher leurs erreurs.

    woman water paintingVous ne vous nourrissez pas seulement sur le plan physique. Après un bon repas, vous éprouvez un sentiment de contentement, de bien-être, parce que votre désir de manger a été satisfait. Pourquoi ressentez-vous à ce moment-là d’autres désirs, par exemple celui d’entendre des paroles caressantes et gentilles? Une femme comblée des meilleures nourritures du corps peut pourtant rester affamée; elle étouffe parce que son âme a faim… Plus haut encore dans votre être, vous aspirez à d’autres nourritures: la beauté, les couleurs, l’harmonie, la musique, la poésie; vous avez besoin de sensations subtiles et profondes, vous voulez prier et contempler. Sur tous les plans vous éprouvez le besoin de recevoir des nourritures. Et comme tous les êtres, de l’inférieur au sublime, de l’insecte à l’archange, choisissent les aliments qui leur conviennent, qui même les caractérisent et leur sont spécifiques, le niveau de l’être humain correspond aux nourritures qu’il réclame et préfère.

    Vous êtes ce que vous mangez. Vous êtes aussi votre manière de manger.

    Nous devons manger une nourriture pure, mais aussi faire entrer en nous des sentiments purs, des pensées pures. C’est la meilleure méthode pour nous élever, pour gravir la pente de la montagne et atteindre le sommet.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.