5h55, 6h55, 7h55, ainsi fut annoncée ce matin-là la cérémonie à laquelle j’allais être invité. Par trois fois je fus réveillé. Par trois fois mes premières pensées furent la vision de fils d’or partant de mon aura à l’arrière de ma nuque. Ni fatigué, ni enjoué, je ne me sentais pas vraiment en Présence.

Je repris une lecture en cours pour aborder ce matin-là un passage relatant la naissance de Jeshua/Jésus accompagné d’une mise en perspective nouvelle propre à l’auteur. Quelle ne fut pas la réaction émotionnelle qui surgit sans crier garde. La lecture des quelques lignes s’interrompit à cause d’une forte remontée émotive. Je n’en avais pas vécu d’aussi intenses et spontanées depuis les débuts réels de mon travail sur moi. De part l’éducation reçue et l’environnement social dans lequel je grandis, je me connaissais assez verrouillé par des perceptions limitatives sur la vie de Jeshua/Jésus. Étaient-ce ces programmations obsolètes qui se brisèrent ? Je ne peux l’affirmer avec certitude. La signification complète reste incertaine. Je me libérais de l’intérieur, je faisais place nette sans avoir pour autant le contrôle ou l’intention. Mes pensées se remplissaient de messages qui, d’une manière synthétique, me donnaient à appréhender complètement différemment le sens de la venue de Jeshua/Jésus sur Terre. Je n’avais jamais éprouvé de gratitude pour sa venue avant ce matin-là, ni ressenti la puissance de la grâce qui l’accompagnait.

Il me fallait ensuite absolument me rendre au bord d’une rivière dont la vibration m’attire depuis que je l’ai découverte. En chemin, mes guides me répétaient un simple mot « prélude » lorsque je ressassais mon déblocage lors de la lecture. Plus loin, je me sentis attiré par un arbre un peu en retrait du chemin. Dès que je le saluais et le caressais, une volée de mésanges surgit et se mit à tournoyer. Elles étaient exceptionnellement nombreuses et chantaient mélodieusement. D’autres promeneurs s’approchèrent pour me témoigner de leur surprise de voir un tel ballet aérien. Leur chant m’emplit d’émerveillement par leur hymne à la beauté de la nature et à la simplicité de la vie. Mes guides me soufflèrent d’attendre qu’elles finissent de nettoyer et équilibrer les énergies de mon aura. Perçues comme un animal totem par certains, elles se dispersèrent subitement. En reprenant ma route, je constatais l’absence quasi totale d’oiseaux dans ce boisé. Le silence devenait assourdissant sans ces messagères qui vinrent alléger mes pensées de tout souci.

Au bord de l’eau, je saluais les esprits de la nature présents, je disposais mes crânes de dragon sur une place choisie avec soin et mes crânes de cristal dans le lit de la rivière. Assis sur un rocher affleurant au milieu du courant, j’entrepris une simple méditation. Je choisis de m’intérioriser pour me connecter à la Terre Mère et au Père Céleste. Une vision se superposa à mes pensées. Mes dragons Arzus et Garukus batifolaient à côté de moi dans la rivière, ce qui me faisait sourire intérieurement. Ils m’invitèrent à mettre les pieds dans l’eau même si celle-ci était glacée en cette saison automnale. Après m’être exécuté, ils me proposèrent de faire des ablutions. Je n’en avais jamais fait mais mes gestes me parurent assez justes. Arzus insista pour que je plonge une partie de ma tête dans l’eau, et qu’ils attendaient tous. Il ne me précisa pas qui étaient « ils ». En ressortant le visage de l’eau, je me sentais tellement bien, léger et heureux. Je « voyais » mes dragons faire de grandes éclaboussures et ils me demandaient d’en faire autant. Ils me dirent que c’était un jour de fête comme l’avaient toujours été les baptêmes. Ils se finissaient dans la joie où tout le monde s’éclaboussait pour saluer le baptisé. Le choix de ce mot m’interloqua. Je ne comprenais pas son message. À mon grand étonnement, Arzus me confia que je venais de recevoir mon baptême christique comme étape initiatique intérieure et que cela n’avait rien à voir avec mon baptême catholique qui est un rite dogmatique extérieur pour le prétendu salut de notre âme. Procéder au baptême dans une eau en mouvement et non stagnante avait son importance également. Selon lui, le vrai baptême symbolise l’accueil en Pleine Conscience de l’énergie christique en soi. Ma coupe s’était vidée tôt le matin de ce qui l’encombrait pour être remplie ensuite d’un flot d’énergies christiques, et ainsi accueillir le Christ en soi pour produire sa propre Lumière et l’apporter inconditionnellement à tout ce qui nous entoure.

Cela n’a pas radicalement changé ma vie depuis. Les changements en moi se poursuivent et je continue encore à m’égarer en m’attachant trop à certaines de mes pensées ou de mes émotions.

Le processus d’Ascension

J’appréhende présentement le processus d’Ascension comme une démarche individuelle active et infinie. Le cheminement amène à guérir mes blessures, à me libérer de mes karmas, à me (re)connaître, à être dans l’auto-observation constructive, à dépasser la gouvernance de mon égo, à être éprouvé par diverses épreuves de vie. Je ressens que je suis amené à réajuster mon corps physique, mes schémas comportementaux et mes états d’esprit. Je reçois des grâces, accordées par mes guides, dont je témoigne partiellement sur mon blog. Je goûte à des descentes de Lumière intenses comme tout un chacun.

Je ressens qu’il nous est proposé d’expérimenter un processus d’Ascension sur Gaïa avec notre corps physique actuel. Je suis habité d’un sentiment de paix avec la certitude que je dois simplement rester sur Gaïa, ancrer et rayonner davantage de Lumière, sans chercher à sauver les autres en interférant dans leurs choix de cheminement. On est notre propre messie.

Cependant, je ne crois plus au concept d’atteindre un état d’être ascensionné sur Gaïa à l’heure actuelle. L’affirmer reviendrait à croire d’être arrivé et de tomber dans une nouvelle illusion pour notre égo devenu spirituel. Pour avoir vécu des épisodes de saut vibratoire sur une fréquence plus élevée, je témoigne que j’étais incapable d’interagir réellement avec le monde environnant actuel. Mes sens étaient modifiés et exacerbés. La matière physique perdait de sa consistance, je tenais difficilement debout. J’étais là et ailleurs. J’étais incapable de faire la moindre activité de la vie quotidienne. D’autres plans de conscience m’étaient accessibles et se mélangeaient au monde physique dans mes perceptions. Je témoigne que mon corps physique vibrait tellement que cela n’aurait pas été tenable pour lui au-delà de quelques heures. Et même à cette fréquence là, je ne crois pas avoir été à l’état d’être ascensionné. J’ai eu un avant goût temporaire d’un stade plus avancé, c’est tout. Je ne serai jamais arrivé.

M’engager dans le processus d’Ascension, c’est utiliser mon libre-arbitre et mon courage, parce qu’il en faut, pour réveiller mes mémoires et m’aligner sur des fréquences toujours plus élevées selon un processus infini. Ce fut de sortir de mon immobilisme spirituel et inverser ma Chute pour m’engager dans la Remontée. Voilà ma compréhension.

Je m’exprime à la première personne car tout ce que j’affirme ne peut que me concerner. Je ne peux que porter Ma Parole. Je n’ai pas de conseil, pas de réponse ou de solution à proposer aux autres.

Je n’ai que Ma Parole à déposer.

Crédit illustration : Sako Tchilingirian

Par Samuel sous www.leretourdesdragons.com

Print Friendly, PDF & Email

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.