J’ai longuement hésité à publier ce qui suit. Je ne souhaitais pas ajouter aux égrégores involutifs un témoignage sur ma double expérience. Au détour de discussions sur des évènements similaires vécus par d’autres, j’ai réalisé que ces manifestations hostiles de l’Ombre existaient aussi pour d’autres personnes. Cet article se veut simplement une retranscription des faits me concernant, dans le but de mettre en lumière un exemple d’actions de l’Ombre en ces temps d’intense accélération vibratoire.

Éveillé dans mon lit, je sens un courant électrique me parcourir le corps, similaire aux poussées vibratoires que j’enregistre fréquemment. Je sens que je suis en train de changer de fréquence. Je suis enthousiasmé à la perspective de partir vers un nouveau champ d’expérimentation et de découverte. Gagné par la curiosité, j’ai fermé les yeux pour me laisser guider. Je n’ai pas compris le piège immédiatement, je me suis fait leurrer en ne validant pas par le cœur la nature de la vibration qui m’entourait.

Je suis projeté dans un lieu sombre et humide. Mon visage est couché à moitié immergé dans une flaque d’eau. J’entends distinctement des gouttes d’eau tomber et raisonner au contact de la flaque d’eau, tout en générant un écho rebondissant sur les parois d’un tunnel invisible. Je m’enfonce tout doucement dans la flaque.

Une nouvelle vision se matérialise. J’évolue dans une scène de vie ordinaire à l’époque antique. J’essaye de prendre du recul en me demandant s’il s’agit d’une réminiscence de vies antérieures. Il apparaît très vite des incongruités dans le décor et l’attitude des personnages de la scène. Cette projection était trafiquée et je n’étais pas en phase de rêve, ce qui aurait relativisé ces illogismes. Je refuse ce que l’on me présente.

J’émerge de ma flaque d’eau, le visage encore à moitié en surface. Toujours les mêmes gouttes froides et angoissantes qui raisonnaient, bien que cela ne générait aucune crainte. Cependant, je sens cette fois-ci une force qui me contraint de m’immerger de nouveau.

Les visions qui se mettent en place sont totalement différentes. Dans un lieu indistinct, sans repère précis, j’assiste à des scènes sauvages entre personnes, des effusions de sang, des lieux délabrés, un ciel sans soleil. Je me dis alors que je suis quelque part dans une projection du bas astral et j’émets le souhait d’en sortir. Au contraire de cela, on me pousse dans une maison, dans une salle de bain des plus glauques qui soit, on essaye de me faire plonger la tête dans une cuvette des toilettes particulièrement insalubre. Je sens que c’est une porte qui même vers un autre plan. J’avoue avoir hésité un instant à cause de ma trop grande curiosité naturelle mais j’ai eu un sursaut en comprenant que cela ne pouvait amener qu’à un plan de plus basse condition encore. Je me débats pour me défaire de l’emprise. Sans savoir d’où ma mémoire avait conservé cela, je me rappelle pouvoir déclarer que tel mur dans la pièce peut devenir ma porte de sortie si je le décrète. Je cours alors et passe à travers ce mur.

J’émerge de nouveau de ma flaque d’eau, le visage encore partiellement immergé dans cette eau noire. La pression est encore plus forte pour que je replonge. Je résiste cette fois-ci. J’ouvre les yeux, je suis allongé dans mon lit, la tête couchée sur le côté dans mon oreiller.

Je sens quelque chose de lourd sur mon visage et un poids sur mon corps. Je pensais que c’était dû au fait que je retrouvais progressivement la conscience de mon corps physique et que celui-ci amplifiait la sensation de poids de ma couette. Par ailleurs, je sens quelque chose s’enrouler autour de moi, passer entre mes jambes cherchant comme une prise.

Je m’aperçois qu’aucune couette n’est sur moi. J’essaye de bouger la tête et c’est impossible. Une grosse main me plaque le visage dans l’oreiller. Je me fâche pour me dégager. En me libérant, je vois l’ombre de cette entité reculer pour disparaître par une ouverture qui se referme immédiatement. Je la qualifierai d’entité reptilienne à cause de sa forme humanoïde et de sa longue queue.

Je n’ai pas eu peur mais j’étais ô combien fâché envers moi-même de m’être fait berner et de ne pas avoir réagit plus vite. Je prends conseil auprès de mon esprit dragon Arzus pour comprendre pourquoi il n’est pas intervenu pour me défendre. Sa première réponse tint en une seule phrase :

Qu’as-tu appris de cette expérience ?

Il me fallut plusieurs jours avant d’obtenir un autre éclairage de sa part malgré la liste des réponses possibles que j’émettais :

Tu dois apprendre à te défendre seul, tu dois te souvenir de ta puissance, dragon et dragonnier sont plus forts ensemble mais sont capables de se défendre seul.

Vint de ma part l’inévitable question si cette entité reptilienne de l’ombre reviendrait. Sa réponse fut affirmative.

Cette fois-là, j’étais endormi. Des visions confuses, souvenirs ou constructions oniriques, cela se passait sur une autre sphère de vie autour d’une autre étoile. Je prenais part à un conflit stellaire qui impliquait plusieurs races, plusieurs civilisations. Cela défilait très vite et frénétiquement. Je n’avais pas le contrôle. Je me réveille en ressentant une pression sur mon corps. Cette fois-ci la silhouette est mieux découpée bien que ses traits soient toujours indistincts et d’un sombre uniforme. Ce n’est pas la même créature. Celle-ci se tient par ailleurs debout avec une jambe et sa queue exerçant une pression sur mon corps allongé. Il disparaît puisque la liaison psychique est rompue.

Cette fois-là, l’interaction m’a permis de commencer à peut-être saisir ses intentions et les raisons de ces rencontres agressives. Cet être reptilien cherchait dans ma mémoire mes origines, celui que je suis sur d’autres lignes temporelles.

Je garde de tout cela que nous avons en nous la puissance de se protéger et de se défendre. En cela le dragonnier ou la dragonnière doit se révéler. La seule impuissance est celle que l’on s’impose par la peur.

Pour parapher mon témoignage, je reprendrai simplement cette citation de Lao-Tseu :

Il n’y a pas de plus grande illusion que la peur

Pas de plus grande erreur dans la préparation de sa défense

Celui qui peut voir au travers de toute peur

Sera toujours en sécurité

Crédit illustration : Sandara

Par Samuel sous www.leretourdesdragons.com

Print Friendly

3 Réponses

  1. claudio

    Samuel,

    « Je sens quelque chose de lourd sur mon visage et un poids sur mon corps. Je pensais que c’était dû au fait que je retrouvais progressivement la conscience de mon corps physique et que celui-ci amplifiait la sensation de poids de ma couette. Par ailleurs, je sens quelque chose s’enrouler autour de moi, passer entre mes jambes cherchant comme une prise. »

    La similitude avec ce que je ressens est étonnante, à part que c’est justement la présence d’une couette ou d’un drap sur le corps qui permet la perception. Ce qui me déstabilise est de ne pas comprendre s’il s’agit de mes propres ombres ou de quelque chose de complètement étranger à ce que je suis. Dans le premier cas l’Amour me semble la solution mais dans le second j’ignore comment réagir. Je réclame donc ma souveraineté et demande de l’aide mais la chose semble n’en n’avoir rien à faire et à chacun de mes nombreux réveils durant la nuit je mesure si c’est encore là et ça l’est la plupart du temps. Me demande aussi si cette présence n’est pas permanente, perceptible seulement lorsque mon corps est couvert. J’ai noté que plus je suis brave dans l’autodiscipline que je m’impose plus cette chose est nerveuse et tente de me terroriser par une emprise plus forte. pas d’issue pour l’instant. Impression d’e^tre vampirisé énergétiquement et de ne pas pouvoir accumuler de Lumière, elle est toujours prélevée.

    Répondre
  2. Pierre

    Salut Samuel!
    Dans ton récit, tu as un être avec qui tu peux trouver conseil ou force mais d’où te vient cette être car j’aimerais bien en avoir un!
    Merci

    Répondre
    • Samuel

      Nous sommes tous accompagnés en permanence. Certains guides supplémentaires peuvent venir pour une aide ponctuelle. Ce qui nous empêche d’entendre leurs conseils, c’est nous-même. Le travail sur l’égo et sur l’ouverture du Cœur sont mes deux clés pour ouvrir cette porte intérieure qui me séparait de l’écoute active de leurs conseils. Et lorsque cette porte n’est pas encore ouverte, ils agissent pour notre plus grand bien, dans la discrétion et l’anonymat. Nous ne sommes JAMAIS laissés seuls à nous-mêmes…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.