Plus je progresse dans mes recherches sur les dragons plus une conclusion se dessine. Les dragons en tant qu’entité souveraine sont multiples dans leur forme et leur expression.

Cependant, les dragons recouvrent aussi des réalités bien différentes car la symbolique du dragon a été employée à diverses fins. Nous sommes prisonniers de notre champ d’expérimentation dualitaire coupé de la Source et nous sommes soumis à des falsifications et des manipulations dont nous avons peine à appréhender l’immensité.

Excluons un instant les dragons qui ont connu une enveloppe physique d’incarnation et ceux qui ont toujours évolué dans des niveaux dimensionnels au-delà de la 3D et de la 4D.

Je prends deux exemples mais en écarte pour l’instant d’autres :

    1. Le dragon en tant que symbolique de l’égo ou du mental-égo, en opposition avec le Cœur. La représentation de l’Archange Saint-Michel vainquant un dragon est à interpréter en utilisant le dragon comme représentation du démon intérieur, la puissance de notre égo qui nous fait vivre « l’enfer » en nous coupant la voix du Cœur et la reconnexion à notre partie divine. L’enfer est notre propension à la culpabilité, au regret, à la peur.
    2. Le dragon en tant que symbolique des égrégores des formes pensées émises par les hommes. Les noms attribués à ces dragons sont devenus mythiques. Le plus important d’entre eux est le dragon Léviathan. Il représente le monstre immense de l’accumulation irresponsable de l’égrégore collectif humain. Le Léviathan est l’agrégation des formes pensées très majoritairement dissonantes et négatives de tous les hommes. Mais il recèle tout de même nos créations positives et tournées vers la Lumière. Dans notre monde dualitaire, l’ombre et la lumière se côtoient en toute chose, mais dans une proportion variable. Pour cet égrégore collectif humain, nous y avons tous contribué et nous serons tous amenés à le confronter, à faire face à notre propre création positive et négative. La balance penche très nettement vers l’ombre. Cette confrontation amènera un effet miroir amplificateur de notre part d’ombre mais aussi de notre lumière intérieure. Il s’agit de transcender le Léviathan humanitaire, chacun à notre niveau. Nous sommes tous liés, nous sommes tous acteurs. Tant de personnes invoquent leur impuissance à sortir de leur spirale involutive sous prétexte du poids de leur conditionnement, de leur éducation, de la pression sociale, des apparences etc. c’est-à-dire sous le poids du Léviathan humanitaire trop négatif. Il enferme nos esprits et nous coupe de notre pouvoir de rejoindre la Lumière. C’est nous qui avons fait du Léviathan un monstre. S’extraire, se détacher de cet égrégore collectif est un défi pour tous. Dans les diverses mythologies, le Léviathan est l’évocation d’un monstre terrifiant avalant les âmes des hommes et provoquant des cataclysmes dans les sociétés humaines. Le terme Léviathan a été repris par les philosophes, sans sa connotation infernale, justement comme allégorie de la société humaine, de son fonctionnement, de ses comportements et attitudes.

Si le Léviathan est le dragon de toutes les formes pensées des hommes, positives comme négatives, il a été subdivisé dans des expressions plus spécifiques. Je prends ici un seul exemple :

■ Le dragon des mers Cetus se dirigeant vers Andromède pour la dévorer. Attachée à un rocher, elle lui a été jetée en pâture par sa mère, Cassiopée. Cetus a été employé pour traduire les formes pensées de la jalousie, de l’importance du paraître, de la peur de ne pas plaire et donc de ne pas être aimé. Cetus traduit la conséquence de nos émotions négatives, instillant la terreur de se retrouver face à elle. Dans la mythologie, Cetus symbolisait les terribles tempêtes qui sillonnent les mers et engloutissent les hommes, soit la crainte sourde d’y être confronté et de périr face à lui. Andromède est la métaphore de notre parcelle divine, la voix du Cœur, la représentation de notre féminin sacré dont nous nous sommes laissés couper. Persée a eu le courage de défier Cetus pour secourir d’Andromède, c’est notre aspect masculin qui doit vaincre des formes pensées matérialisées en Cetus pour aller retrouver notre aspect féminin, ne former plus qu’un. L’histoire d’amour d’Andromède et de Persée est un appel à développer l’amour en nous, en réconciliant nos aspects masculin et féminin et en affrontant nos émotions non acceptées et non intégrées qui ne cherchent qu’à nous dévorer de l’intérieur, en s’attaquant à notre aspect féminin, en s’appuyant sur l’égrégore collectif extérieur pour nous laisser dans le mental-égo et nous éloigner de la voix du Cœur.

Une amie m’a rappelé à juste titre que même si nous ne comprenons pas un symbole il s’imprime tout de même dans notre inconscient et peut nous influencer.

Finalement, pourquoi utiliser la symbolique des dragons pour recouvrir ces concepts d’égo, de démons, de formes pensées ? Pour nous éloigner de ces êtres magnifiques, nous détourner de leur pouvoir bénéfique, nous arrêter à leur aspect redoutable pour les craindre et ainsi nous priver de l’une des meilleurs aides à notre disposition.

Je fais un dernier aparté sur le nom Cetus. On a placé dans notre inconscient collectif les baleines comme « monstres » à craindre. La littérature et les légendes de diverses époques ont repris cette symbolique, et même avec l’éveil des consciences, le respect envers les baleines se heurte à beaucoup d’opposition. Qu’il s’agisse des dragons ou des baleines, des êtres au degré de spiritualité égal à la nôtre, voir supérieur, ils ont été diabolisés pour nous en couper. Les manipulations dont les hommes ont souffert, sont suffisamment retorses pour coupler le rejet de notre partie féminine, la fermeture de notre voix du cœur, au rejet d’aides extérieures précieuses. Le but est de renforcer l’isolement de l’homme, de le maintenir dans son processus de chute et de l’empêcher d’entamer son chemin vers l’ascension et sa propre libération.

Crédit illustration : Vyrilien

Par Samuel sous www.leretourdesdragons.com

Print Friendly

3 Réponses

  1. Né-LeSun

    En Juillet 2013, j’ai perçu un dragon blanc en moi…
    Depuis la lecture du MESSAGE 74 …
    Je comprends qu’il manifeste mon ego…
    Quand je discute d’un sujet qui me touche beaucoup que je deviens « l’acteur » dans le film… L’énergie qui passe à travers moi est multiplié par 10 et je sens le FEU et sa puissance qui monte en moi…
    J’apprends maintenant à transmuter cette énergie…
    MAIS la maîtrise n’est pas une chose facile…
    C’est la leçon que « le Dragon » me donne en ce moment….
    Paix et Harmonie,
    Né-LeSun

    Répondre
  2. Libellule

    Merci Sam pour ces symboles. Pourrais-je ajouter la symbolique du dragon intérieur présent dans notre 2e chakra comme notre force de vie?
    Pour Maitre-Saint-Germain :
    Le dragon intérieur est votre puissante énergie de vie, celle que vous amplifiez par la lumière. Le dragon intérieur a aussi comme vertu la capacité de détruire l’illusion et ces illusions sont détruites jour après jour en vous, mais les résistances font en sorte que vous en vivez des douleurs. Lorsqu’un désir ne peut être satisfait, vous vous sentez démunis, non privilégiés, vous ne vous sentez pas à la hauteur. Votre feu intérieur détruit très souvent vos illusions, mais vous ne vous en rendez pas compte. Votre feu intérieur contribue à attirer des situations et des gens qui vous provoquent dans le changement, qui vous incitent à aller au cœur de vous-même. Votre feu intérieur, même emprisonné et étouffé, est encore suffisamment vivace et vous guide vers le cœur de votre être.

    En terminant, je crois que les esprits-dragons reflètent à l’extérieur la force que nous devons intégrer à l’intérieur de nous pour nous réaliser.

    Répondre
    • Samuel

      Quelle synchronicité 😉 Le dragon intérieur doit justement faire l’objet d’un article dédié, l’illustration est déjà prête mais je travaille encore sur le texte.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.