La nouvelle structure qui se met en place en moi, au fur et à mesure de la destruction de ce qui est invalide et de la mise au pas de mon égo, me permet d’accueillir progressivement mon féminin divin. Équerre et compas se réunissant à l’intérieur de moi, je peux le traduire à l’extérieur dans le couple. Ma lignée rédemptrice continue de se dévoiler lorsque le sacré s’installe en mon sein.

La dualité dans le couple extérieur

Je comprends que je ne laissais aucune place en mon être pour que le principe féminin trouve SA place au sein de mon choix d’incarner une polarité masculine dans cette vie. Cela créait une pression dualitaire que je reproduisais à l’extérieur dans le couple. Les maux sont infinis : colère, possessivité, manipulation, attente, abus, soumission etc. Le résultat m’amena invariablement dans l’amour attachement et non pas l’amour libre.

Apprendre à transcender ma dépendance à l’autre qui me maintient dans l’illusion du manque de mon principe féminin, est un long et sinueux parcours.

Plus je deviens complet et réunifié dans mon être, plus je ressens l’appel d’Aimer de manière nouvelle et non dualitaire à l’extérieur. Mon compagnon dragon Arzus m’avait enjoint à aimer ma partenaire jusqu’à ce qu’elle et moi devenions libres et indépendants. Je n’avais pas compris à l’époque ce que cela signifiait VÉRITABLEMENT. Il a fallu que mon âme appelle à moi des mises en situation pour en mesurer l’immense défi et la lutte terrible avec mes programmations et les pièges de mon égo. Encore tout récemment, je viens juste d’accepter que ma propension à toujours vouloir séduire est une forme de pouvoir de contrôle. La séduction de l’autre est à remplacer par la loi d’attraction où tout ce qui vibre à la même fréquence s’attire.

Vers l’impeccabilité

Je comprends que les deux partenaires doivent être animés d’une même volonté et être sur la même fréquence vibratoire. Les deux partenaires se doivent d’avoir enclenchés leur processus de mariage d’eux-mêmes afin que l’union physique des corps ouvre la voie de la sexualité sacrée. La confiance en soi et envers l’autre doit être absolue. Le plus haut degré de respect doit être pratiqué envers soi et envers l’autre afin de s’approcher de la sacralité de l’acte sexuel.

Les blocages sexuels

Travailler mes thèmes, mes blessures du passé, m’avaient amené à me remémorer, à observer, à accepter, à pardonner et offrir au divin tout ce qui a trait à mes relations amoureuses passées et actuelles. Comme un bon petit soldat, j’avais suivi les instructions de Khubya. Seulement voilà, le processus était trop mentalisé pour être libérateur totalement. J’ai suivi des instructions et non pas vibré ses enseignements par le Coeur…

L’un de mes compagnons cristallins m’avait certes pris en main un soir pour voir ce que j’avais refusé de voir dans ma toute première relation amoureuse. Cela reste l’une des plus belles communications avec cet esprit cristal qu’il m’ait été donné de recevoir. Mais tout cela n’était pas encore suffisant.

Deux êtres, dont les âmes appellent dorénavant à révéler leur divinité au travers de la sexualité sacrée au sein d’un couple divin, se reconnaissent par une connexion physique et une connexion énergétique par le Cœur. Cet appel m’a obligé à affronter les culpabilités et les hontes enfouies que je n’avais jamais perçues dans ma vie sexuelle jusqu’alors. J’ai dû les verbaliser pour transcender des tabous, des blessures, tout ce qui ne pouvait permettre à mon être de s’élever à cause de ma sexualité telle qu’elle a toujours été.

Le courage de l’un amène l’autre à faire preuve de bravoure.
La honte peut se transformer en curiosité créatrice.
La douleur du corps renferme le plaisir.
La peine de l’âme renferme la joie.

L’éveil de l’énergie de feu de la kundalini

La pratique de la sexualité sacrée est une révélation pour moi. Dans une sexualité en conscience, je vois l’autre baigner d’amour et briller de sa lumière intérieure. L’élan d’Amour que je ressens n’a aucun égal pour moi. Les vibrations qui parcourent mon corps sont similaires à la sensation de l’intégration de l’énergie d’un dragon. L’effet régénérateur sur mes corps physique, émotionnel et mental est indescriptible. J’ai ressenti mes corps subtils véritablement.

Intégrer en soi l’énergie conscience d’un esprit dragon peut faire sauter des blocages. J’ai découvert qu’il en est de même avec la sexualité sacrée. L’éveil de l’énergie dragon en mon être amène obligatoirement un puissant nettoyage de ce qui est dissonant dans mes corps physique et subtils. La vague d’énergie de feu amène l’orgasme mais peut s’enchainer par des secousses émotionnelles très dures et incontrôlables. Cette énergie orgasmique purifie tout ce qui m’entrave. Elle me révèle les têtes de mon Hydre de Lerne les plus profondément incrustées en mon être. Je n’ai d’autres choix que de transmuter ce qui est dissonant en moi, toute résistance ou toute fuite est souffrance. La Vérité de moi-même s’établit.

Un chemin non linéaire

L’expression d’un couple extérieur se fait dorénavant pour moi dans une finalité de fusion de deux êtres complets et unifiés et d’unification encore plus grand. Les deux partenaires dans l’acte d’amour sacré choisissent d’incarner l’expression des deux principes, masculin et féminin. Ils sont amenés et ramenés l’un vers l’autre jusqu’à ce que l’alchimie divine s’opère. Il me reste à briller ma fréquence et laisser venir à moi ce que est juste de recevoir en fonction de mon avancement.

Je vis l’un des processus pour ancrer l’Amour, vibration unifiée, dans la dimension dense de la Matière, champ d’expérimentation de la dualité.

Ma rédemption passe par l’atteinte d’une vibration individuelle unifiée pour emprunter la voie de la sexualité sacré afin de retrouver l’Amour divin des sphères vibratoires unifiées.

Ma lignée rédemptrice est un long chemin qu’il est IMPOSSIBLE pour moi de réussir d’un coup. Cette quête m’a fait découvrir MON chemin et me permet d’établir MA vérité. J’ai ressenti l’énergie de FEU s’éveiller en mon être. Mon être l’a touché du bout des doigts… mais j’étais loin d’être réellement prêt.

JE reprends tout le processus depuis le début pour m’alléger, me rendre maître de mon égo, me rendre transparent, m’unifier encore et encore. JE me relève après chaque rechute. JE construis mon édifice intérieur sur chacun de mes échecs. JE SUIS.


Ma gratitude est immense pour les enseignements spirituels reçus depuis plusieurs mois et pour les guidances et les grâces qui m’accompagnent quotidiennement. Mais quelle ironie de passer de vies à garder dans l’ombre pour moi ou des initiés des savoirs, à diffuser maintenant sur un blogue ouvertement et en tout transparence ce qui me touche le plus intimement…

Crédit illustration : George Atherton

Par Samuel sous www.leretourdesdragons.com

Print Friendly, PDF & Email

16 Réponses

  1. Kriss

    Bonjour, Je valide…. surtout les 5 dernières lignes de cette page.
    Oui, les deux partenaires doivent être des « éveillés », oui, ils doivent avoir la même fréquence vibratoire! Oui, le plus souvent, l’un des deux est désincarné! Oui, c’est la puissance d’attraction absolue qui fait le reste!
    Oui, c’est la définition des âmes jumelles. Oui, cet accouplement permet le cumul augmenté des deux puissances individuelles, ce qui fera de chacun d’eux un être ascensionné.
    Oui, c’est Isis ….

    Répondre
  2. Flammette

    Bonjour Samuel,
    J’éprouve un bon ressenti avec vos écrits, mais cela est un peu trop théorique, pourriez-vous exprimer votre expérimentation ? Soyons « terre à terre ».
    Ma démarche sexuelle a toujours été la recherche de la satisfaction de l’autre avant la mienne. Certes, j’ai joui mais plus par la satisfaction du pouvoir exercé de donner du plaisir. Voilà longtemps, ma compagne de l’époque m’a fait découvrir le plaisir prostatique. Par un massage direct sur la prostate, elle m’a fait connaître un orgasme que je qualifierais de « féminin ». À l’époque, elle a pris « peur » de cet aspect « homo » de ma satisfaction sexuelle. Depuis bien des années se sont passées et je m’estime autant homme que femme pour le sexe. Mes expériences à travers les autres femmes ou hommes ne m’ont jamais pleinement satisfait. Depuis peu, je me re-découvre et recentre mon activité sexuelle sur moi-même. Je pratique la masturbation sans excitation extérieure (films x ou fantasmes) uniquement pour la gestion du plaisir et surtout éviter l’éjaculation. Je découvre alors une autre dimension sexuelle par la diffusion du plaisir dans toutes mes cellules. Mon ouverture à moi se fait aussi par rapport à ma partenaire, cela commence par l’effleurement, la naissance du désir ou non pour ensuite se développer par du sexe lent et varié. Je dirais que je suis sur le chemin de la sexualité sacrée et celui-ci est long. Que pensez-vous du tantra ?
    Bonne journée.
    Flammette

    Répondre
    • Samuel

      Dans la nature intrinsèque de chaque âme, il y a équilibre des polarités masculine et féminine. Cette vibration androgyne, nous la perdons dans notre incarnation terrestre. La Séparation s’établit en toute chose. Nous avons enchaîné les incarnations, alternant les sexes, alternant les orientations sexuelles. Nous atteignons actuellement tous une vie de synthèse de notre quête. On se sent rappeler par cet état de perfection androgyne, sans en être conscient le plus souvent. On cherche dans un partenaire de sexe opposé ou du même sexe, ce qu’il nous manque. On le cherche aussi avec son propre corps. Dans tous les cas, nous ne cherchons malheureusement qu’extérieurement à soi, en périphérie de notre être profond. La voie tantrique est un enseignement pour redécouvrir la sexualité intérieure.
      Je suis encore en apprentissage. Notre sexualité ne peut être sacrée que lorsqu’on a atteint la guérison. Car autrement, elle reflètera toujours nos manques, nos frustrations, notre besoin de contrôle etc. La sexualité sacrée ne peut se révéler qu’entre deux êtres qui ont atteint un certain niveau d’éveil sur une même fréquence vibratoire. Elle peut aussi se révéler sous une forme de tantrisme où notre être incarné retrouve sa partie androgyne non incarnée.

      Répondre
  3. fred

    Bonjour,
    Merci. Je vous lis et tout me parle comme une évidence… les femmes fées et la sexualité sacrée. C’est incroyable.

    Répondre
  4. Clo

    Bonjour Samuel,
    Je lis par intermittence et au hasard tes articles vu que j’ai découvert ton blog depuis peu et suis touchée par la profondeur de tes écrits. « Apprendre à transcender ma dépendance à l’autre qui me maintient dans l’illusion du manque de mon principe féminin, est un long et sinueux parcours » : j’ai choisi la polarité féminine présentement mais pour autant j’ai beaucoup de « masculin » dans ma façon de fonctionner alors qu’émotionnellement je me ressens tout à fait « féminine ». Un tuyau pour mieux évoluer ?

    Répondre
    • Samuel

      Notre incarnation physique s’exprime non pas par un corps androgyne, mais polarisé masculin ou féminin. Au corps physique s’ajoute des corps subtils comme le corps émotionnel ou le corps mental. Ils définissent si on se sent femme ou homme. Habituellement il y a concordance avec le corps physique mais pas toujours. On exprime enfin des attributs classés plutôt masculin ou plutôt féminin à nos attitudes, à nos comportements, à nos goûts personnels.

      La sexualité sacrée est un cheminement pour retrouver la véritable unité. Homme ou femme, émotionnellement homme ou émotionnellement femme, attitude masculine ou attitude féminine restent que des expressions périphériques de notre Être. Présentement, celui évolue depuis des siècles dans une matrice patriarcale. Nous avons dévoyé le masculin sacré et nous avons rejeté le féminin sacrée en soi. Nous devons illuminer notre masculin sacré intérieur et réintégrer notre féminin sacrée intérieur.

      Répondre
      • Clo

        Bonjour Samuel,
        Merci pour la réponse car autant réintégrer le féminin sacrée en moi était clair autant je n’avais jamais ressenti l’appel à illuminer le masculin sacré en moi (trop de douleur et de rejet peut-être du patriarcat que j’ai vraiment peine à voir à l’intérieur du moi … en mode : ce n’est pas possible d’avoir « ce vilain petit canard en moi »).

      • Samuel

        Il est difficile de conceptualiser car cet équilibre se vit plus qu’il ne s’explique. C’est un long processus que j’entreprends également.

  5. Jacqueline

    Bonjour Samuel,
    Lire des romans m’a toujours paru dénué d’intérêt. Voilà enfin un roman captivant, celui de ta vie ; la mienne ma paraît si ordinaire… c’est probablement que j’ai encore un long travail d’introspection qui m’attend… et le thème évoqué m’amène à me replonger dans mes années adolescentes pour y défaire des nœuds. Merci! Te lire par un dimanche pluvieux et grisonnant dans le sud de la France ensoleille ma journée!

    Répondre
    • Samuel

      C’est l’un des pièges de l’égo, celui de nous faire voir que la vie de l’autre est plus intéressante que la sienne. C’est une illusion qu’il appartient à chacun de dépasser. Quand je rencontre d’autres personnes, je préfère écouter le vécu de l’autre que m’écouter me raconter. La première situation m’enseigne, la deuxième m’expose à l’orgueil. Si je me raconte par écrit c’est seulement pour montrer comment je suis mon propre thérapeute, ce qui est possible pour chacun.

      Répondre
      • Nicky

        Erreur: l’ego n’existe pas. Il est une invention humaine supplémentaire pour mieux phagocyter l’autre en le culpabilisant notamment, d’exister… « Si tu fais ceci, si tu penses cela, c’est ton égo qui parle. MOI, je le vois! ». Trop fort! Quelle belle leçon de dés-humanité! AIMER l’autre ce n’est pas cette façon de le juger et de LE faire SE juger, ce dans quoi mènent les analyses des « psycho-machins » de toutes sortes (tenants d’une théorie née de l’esprit perturbé de Freud). Compliqué? On en reparle (si tu veux bien « m’entendre »…)

      • Samuel

        Bonjour Nicole,
        l’égo est pour moi la perception que la conscience a d’elle-même. Il peut être mis au service du Cœur, laissant la place à l’acceptation que la Vérité des autres n’est pas forcément la sienne et que cela est parfait ainsi. Il peut être a contrario le maître de notre personnalité, exigeant d’être « entendu », de corriger et de plier l’autre à sa Vérité. Dans le deuxième cas de figure, une fois que l’autre s’est rangé sous sa Vérité, est-ce que la souffrance intérieure qui l’anime a disparu pour autant ?

  6. Lydia

    Bonsoir,
    Je découvre avec intérêt votre site et vous remercie de partager ce que vous recevez.
    L’illustration de cet article est signée: geoglyphiks.com

    Répondre
    • Samuel

      Un grand merci 😀 pour m’aider à retrouver le nom de l’artiste, en l’occurrence George Atherton. C’est important pour moi de citer les artistes de toute création^^

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.